les accusés capturés de A à Z par les caméras de surveillance

les accusés capturés de A à Z par les caméras de surveillance
les accusés capturés de A à Z par les caméras de surveillance

Le Montréalais accusé d’avoir tué sa compagne dans un stationnement après l’avoir traquée pendant des heures ne se doutait sûrement pas que chacun de ses mouvements serait filmé et que les images compromettantes serviraient de preuve contre lui lors de son procès pour meurtre avec préméditation.

• Lire aussi : Traquée et tuée sur son parking : elle dénonce son mari avant de mourir

• Lire aussi : Tuée après avoir été harcelée par son ex : « Elle craignait pour sa sécurité », affirme la Couronne

Du métro Sauvé jusqu’à la station Angrignon, puis dans l’autobus jusqu’à la rue des Oblats où Gisèle Itale Betondi a été poignardée, le meurtrier a été traqué de A à Z, a pu constater le jury ce mardi au palais de justice de Montréal.

>

>


Avec l’aimable autorisation du tribunal

“Ce sont des témoins spéciaux dont la version ne peut pas changer, puisqu’il s’agit d’images de caméras de surveillance”, a expliqué M.e Jade Coderre de la Couronne au début du procès d’Hosea Amorus Puhya.

>

>


Photo COURTOISIE DE LA COUR

L’accusé, âgé de 58 ans, est actuellement jugé pour le meurtre au premier degré de sa compagne, qu’il aurait tuée après l’avoir soumise à des violences conjugales.

“Je vais te tuer, je vais te planter un couteau dans le ventre et tu vas mourir sur le coup”, aurait dit l’accusé à la victime, avant de passer un séjour en prison quelques mois avant le drame. survenu en septembre 2022.

>

>


Avec l’aimable autorisation de la famille Betondi

Cachette

Et à sa sortie de détention, le meurtrier présumé aurait alors traqué sa femme, qui s’était déplacée pour sa sécurité.

>

>


Photo COURTOISIE DE LA COUR

“Il lui a dit de sortir de sa cachette et que la prochaine fois qu’il la verrait, il la tuerait”, a déclaré M.e Coderre, ajoutant que Puhya aurait utilisé des applications de localisation pour retrouver Mmoi Bétondi.

>

>


Photo COURTOISIE DE LA COUR

La veille du meurtre, Puhya se serait rendu au domicile où vivait la femme, dans le secteur LaSalle de Montréal. Et le matin fatidique, il aurait mis à exécution ses menaces en poignardant à plusieurs reprises la victime de 28 ans, alors qu’elle venait d’emmener ses enfants à la garderie.

>

>


Avec l’aimable autorisation du tribunal

Sauf que tous les mouvements du suspect ont été filmés, jusqu’au moment où il a poignardé la femme. Ce dernier a cependant réussi à trouver la force de se relever.

>

>


Avec l’aimable autorisation du tribunal

“Je ne sais pas où elle a trouvé la force, mais elle a couru vers moi en me disant d’appeler le 911. Et puis elle a dit : ‘C’est mon mari’ dans sa langue”, a déclaré son amie Sally Bessem Ba-Maah, qui a été témoin de tout le drame. scène.

>

>


Avec l’aimable autorisation du tribunal

Le procès, devant la juge Catherine Perreault, se poursuit toute la journée. Puhya est défendu par Msont Antonio Cabral et Vanessa Sadler.

Avez-vous des informations à nous partager sur cette histoire ?

Écrivez-nous au ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le Maroc et la Chine signent leur programme exécutif de coopération culturelle 2024-2028
NEXT La troisième édition du Gala de la Terre