La Bourse suisse termine en baisse, le SMI sous les 11’900

La Bourse suisse termine en baisse, le SMI sous les 11’900
La Bourse suisse termine en baisse, le SMI sous les 11’900

La Bourse suisse a perdu du terrain mardi, alors que la saison des résultats trimestriels touche à sa fin. Le SMI, qui flottait encore le matin, a sombré dans le rouge dans l’après-midi et est retombé sous la barre des 11.900 points, terminant un peu au-dessus du plus bas de la journée.

A New York, Wall Street évoluait dans un ordre mitigé dans la matinée à l’issue d’un long week-end et avant les chiffres d’inflation du PCE d’avril, vendredi, donnée privilégiée par la Réserve fédérale américaine (Fed) pour son évaluation de la politique monétaire.

La semaine sera également très animée pour la Fed avec la publication mercredi du Livre Beige, dernier baromètre de l’état de l’économie avant la prochaine réunion monétaire du 12 juin.

Le SMI a perdu 0,89% à 11.854,50 points, en baisse à 11.836,46 et en hausse à 11.986,53 en phase d’ouverture. Le SLI a perdu 0,94% à 1943,98 points et le SPI 0,81% à 15.844,47 points. Parmi les 30 valeurs vedettes, Swatch (+0,8%), le bon Lindt (+0,4%), Swisscom et Kühne+Nagel (chacun +0,1%) sont les seuls gagnants de la journée. Richemont termine stable.

Lonza (-3,4%), Sika (-3,1%) ainsi que Partners Group et Julius Bär (chacun -1,8%) sont les plus gros perdants de la journée.

Dans le camp des poids lourds, Novartis (-1,0%) et Nestlé (-0,8%) ainsi que Roche (portant -1,1%, bon -0,5%) n’ont pas réussi.

Sur un marché plus large, le spécialiste de la distribution DKSH (-1,0%) a conclu un accord de distribution exclusif pour l’Europe avec le fabricant indien de pigments Colourscapes. Les détails financiers n’étaient pas divulgués.

La pharmacie spécialisée argovienne Dottikon ES (-4,1%) a vu sa rentabilité diminuer l’année dernière, notamment en raison d’une augmentation des coûts. Alors que les actionnaires devront se passer de dividende, le groupe argovien s’attend à une accélération de l’activité pour le nouvel exercice.

Le gestionnaire de fortune zurichois EFG International (-2,9%) est parvenu à augmenter ses rentrées de trésorerie et ses actifs sous gestion sur les quatre premiers mois de l’année. Il a notamment bénéficié de l’embauche de nouveaux conseillers clientèle. Aucune information n’a filtré sur une éventuelle offre de rachat du concurrent Julius Bär, dont Bloomberg faisait état en fin de semaine dernière.

Sur les trois premiers mois de 2024, la foncière Epic Suisse (+0,6%) voit ses revenus, loyers compris, reculer légèrement à 16,7 millions de francs, après 16,8 millions un an plus tôt.

Le fabricant bernois de presses et machines à découper les métaux Feintool (+4,4%) a annoncé revoir l’organisation de ses activités de découpe en Europe. La direction explique cela par un environnement de marché difficile dans le secteur automobile. Le coût de la restructuration, touchant 70 des 200 salariés du site de Lyss, est estimé entre 10 et 12 millions de francs en 2024.

Yellow Jersey Therapeutics, société faisant partie du portefeuille de la société d’investissement HBM Healthcare (+1,2%), a été rachetée par le géant américain Johnson & Johnson. Le montant de la transaction atteint 1,25 milliard de dollars. HBM recevra 78 millions de dollars dans le cadre de cette opération.

Confronté à un phénomène de déstockage persistant et à des investissements importants dans son outil de production, le fabricant d’instruments de mesure électriques LEM (-7,3%) s’attend à un début de reprise dès l’automne. La propension des clients à investir reste plutôt réservée dans l’immédiat, ont reconnu les dirigeants de la société meyrinienne dans un entretien à AWP.

Le groupe industriel StarragTornos (+1,0%), né de la fusion des deux sociétés éponymes, a nommé Martin Buyle comme nouveau directeur général. Il succédera à Michael Hauser le 1er juin.

La foncière spécialisée sur le marché américain Varia US Properties (-1,1%) a encore enregistré une perte au premier trimestre. Elle met en lumière des conditions qui restent difficiles sur le marché immobilier outre-Atlantique.

La ministre vaudoise Isabelle Moret a appelé mardi tous les acteurs de la verrerie Vetropack (+1,2%) à St-Prex à se mettre autour de la table et à négocier sereinement. La négociation d’un plan social « solide et respectueux » est la priorité absolue, selon elle.

Acceleron (-3,3% ou -1,22 francs), Helvetia (-5,9% ou -7,60 francs) et Phoenix Mecano (-5,3% ou -28,0 francs) ont été traités hors dividende de respectivement 0,85, 6,30 et 30,0 francs. (AWP)

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV « vous saurez vraiment qui a fait quoi »
NEXT Blend, la valeur toujours sûre du burger à Paris