combat payant dans le canton de Vaud

combat payant dans le canton de Vaud
combat payant dans le canton de Vaud

Les mesures de lutte contre le moustique tigre sont efficaces et se poursuivent dans le canton de Vaud. Selon les autorités, il est possible de ralentir sa propagation, voire de l’éradiquer dans certains cas. La population est toujours invitée à collaborer.

Suite à la campagne 2023, le canton de Vaud a identifié des populations établies dans les communes de Nyon, Préverenges et Lausanne. Elle a également reçu de nouveaux signaux dans les communes de Crissier, Bussigny, Pully et Vevey, indique-t-elle dans un communiqué publié mardi.

De quoi se réjouir, au cours de l’année 2023, la ville de Bourg-en-Lavaux (Cully) s’est débarrassée du moustique tigre grâce à l’excellent travail réalisé sur place. Trélex et Prilly ont également été traités avec succès les années précédentes, ce qui confirme l’utilité et l’efficacité des mesures préventives.

Des pièges pour attirer les femelles

Cette année, des contrôles ont lieu dans les communes de Nyon, Préverenges, Bussigny, Crissier, Lausanne, Cully, Vevey, Aigle, Bex et Yverdon. Au total, 69 pièges nidificateurs ont été répartis dans des endroits susceptibles d’attirer d’éventuelles femelles prêtes à pondre et seront recensés toutes les deux semaines.

Les employés municipaux bénéficient de formations et d’accompagnement durant la saison. En cas de relevé positif, un traitement est effectué immédiatement par les autorités avec un biocide à action ciblée, sans impact sur le reste de l’environnement, et la surveillance est renforcée. Elle a déjà été réalisée fin avril à Nyon, Préverenges, Crissier et Lausanne.

Le public est invité à collaborer en éliminant tous les lieux propices à la ponte, c’est-à-dire les petites collectes d’eau inerte (abreuvoirs, vieux pneus, trous dans les murs, récipients abandonnés non couverts, arrosoirs, etc.) et à signaler tout moustiques actifs en journée sur la plateforme nationale www.moustiques-suisse.ch.

Sorties de tuyaux

Le canton de Genève a annoncé lundi qu’il traiterait dans les semaines à venir 8’000 ouvertures de canalisations avec un anti-larves biologique. Plus d’une dizaine de communes et services cantonaux genevois se sont déjà organisés et équipés.

Selon le communiqué, la colonisation s’accélère à Genève. Signalée pour la première fois en 2019, elle était déjà constatée sur 8 km en 2022, alors qu’en 2023 sa présence touchait pas moins de 46 km2.

En Valais aussi, sa population augmente. Le canton a annoncé la semaine dernière qu’il allait intensifier sa stratégie. Cinquante pièges seront en opération sur tout le territoire cantonal.

Surveillance nationale

Le moustique tigre est surveillé dans toute la Suisse en raison de son danger potentiel pour la santé. Il peut transmettre différentes maladies comme la dengue, le virus Zika ou encore le Chikungunya. Jusqu’à présent, aucune infection n’a encore été enregistrée sur le territoire.

L’insecte piqueur a été repéré pour la première fois en Suisse au Tessin en 2003. Il a été signalé à Bâle en 2015, puis dans les Grisons, dans la ville de Zurich, dans les cantons de Vaud, Genève et Valais notamment. .

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La Suisse souffre contre l’Ecosse, la qualification attendra
NEXT La Suisse souffre contre l’Ecosse, la qualification attendra