Berne devra se montrer plus dure envers les espions russes

Berne devra se montrer plus dure envers les espions russes
Berne devra se montrer plus dure envers les espions russes

Publié le 27 mai 2024 à 19h28 / Modifié le 28 mai 2024 à 02h46.

La Confédération accueille un nombre important de diplomates russes : ils sont au nombre de 217, répartis entre Genève (142, pour les missions auprès des organisations internationales) et Berne (75, à l’ambassade). Un record en Europe. Depuis 2022 et l’agression de l’Ukraine par l’armée de Vladimir Poutine, les pays européens ont expulsé un certain nombre de ressortissants russes accrédités comme diplomates, mais soupçonnés d’être des espions. En Suisse, une telle manœuvre n’existe pas. Depuis cette date, la Confédération a même approuvé l’arrivée de 61 nouveaux diplomates russes, selon une enquête des publications Tamedia. Or, un tiers de ces diplomates sont actifs pour l’un des trois services secrets du pouvoir russe, précise le Service fédéral de renseignement (SRC). Cette même enquête cite un diplomate suisse qui affirme que Genève était, par exemple, la base de travail d’un commando qui a procédé à au moins deux tentatives d’assassinat. L’une, en 2018, visait l’ancien agent russe réfugié en Angleterre, Sergueï Skripal.

Lire aussi : Paix en Ukraine : que s’est-il passé à Istanbul ?

Intéressé par cet article ?

Pour profiter pleinement de notre contenu, abonnez-vous ! Jusqu’au 31 mai, profitez de près de 15 % de réduction sur l’offre annuelle !

CONSULTER LES OFFRES

Bonnes raisons de s’abonner au Temps :
  • Accès illimité à tout le contenu disponible sur le site.
  • Accès illimité à tous les contenus disponibles sur l’application mobile
  • Plan de partage de 5 articles par mois
  • Consultation de la version numérique du journal à partir de 22h la veille
  • Accès aux suppléments et à T, le magazine Temps, au format e-paper
  • Accès à un ensemble d’avantages exclusifs réservés aux abonnés

Déjà abonné ?
Ouvrir une session

#Suisse

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV « Mon cœur battra pour la Suisse, bien sûr »
NEXT des femmes atteintes d’un cancer passent devant la caméra