les professionnels de l’action sociale en grève dans le Gers

les professionnels de l’action sociale en grève dans le Gers
les professionnels de l’action sociale en grève dans le Gers

l’essentiel
En grève, les professionnels de l’action sociale se sont rendus au Conseil départemental ce lundi 27 mai pour dénoncer la dégradation de leurs conditions de travail.

C’est un début de semaine pour le moins animé, au siège du Conseil Départemental à Auch. Plus d’une soixantaine de salariés de l’action sociale (protection et assistance sociale à l’enfance notamment) étaient mobilisés ce lundi devant l’entrée de la collectivité pour exprimer leurs revendications et partager leur désarroi. Les griefs sont nombreux, selon Enora Henry, employée à l’Aide à l’enfance (ASE). « Il y a une charge de travail accrue, un manque de moyens et des directives qui ressemblent à du contrôle alors que le problème est ailleurs. Il y a un manque cruel de places pour accueillir les enfants et une maltraitance institutionnelle», livre-t-elle ainsi.

Demandé par les salariés, le syndicat des collectivités territoriales Sud avait déposé un préavis de grève pour cette journée du 27 mai. Une grève qui traduit donc le ras-le-bol général palpable au sein de la profession, d’autant plus que la publication d’une note qui a « enflammé les esprits ». poudre», comme le souligne Stéphane Léger, secrétaire départemental du syndicat. Entrée en vigueur le 1er mai, cette note instaure un contrôle en amont des signalements destinés à la justice. Une initiative mal accueillie par les professionnels. « Les enfants sans solution semblent être pour nous le problème majeur. On s’interroge sur les priorités du Ministère», souligne Émilie Sabathé, employée au Service d’aide à l’éducation (SAE).

“Trop de dossiers à suivre, trop d’enfants accueillis”

Alors que le nombre d’enfants pris en charge continue d’augmenter dans le département (730 enfants actuellement dans le Gers contre 450 en 2015, soit une augmentation de plus de 62 % en 9 ans), les professionnels pointent du doigt les mauvaises conditions de travail. dégradé : « Trop de dossiers à suivre, trop d’enfants pris en charge, certains avec des pathologies graves qui nécessitent de vrais professionnels », entend-on chez les manifestants. « Les professionnels souffrent au travail, et quand les professionnels souffrent, les enfants souffrent aussi », ajoute Stéphane Léger, qui alerte également sur la situation des assistants familiaux, parfois débordés.

Les professionnels de l’action sociale déplorent les mauvaises conditions de travail.
DDM – VCL

Après avoir manifesté devant l’entrée du Conseil Départemental, une délégation a été reçue par le Directeur Général des Services Départementaux, Robert Rouquette, et le Directeur Général Adjoint des Ressources et Ressources, Yannick Bompart. Une réunion visiblement fructueuse qui a notamment abouti au retrait du mémo mis en cause par les grévistes. Celui-ci sera remplacé par une nouvelle version. Les manifestants ont également obtenu des garanties du Département sur « l’attractivité des offres d’emploi » et « la position de la collectivité par rapport à la protection de l’enfance et à l’aide sociale à l’enfance », ce qui sera précisé dans une lettre du président Philippe Dupouy adressée ce mardi à professionnels. Pour Stéphane Léger, « les constats sont partagés sur l’état des lieux au niveau national et local ».

Professionnels et syndicats devraient se retrouver dans une dizaine de jours pour une assemblée générale. «Nous aurons eu la lettre du président et la nouvelle note qui nous permettront de juger de l’intentionnalité de la communauté, et de voir quelle suite on peut donner ou non au mouvement», conclut Stéphane Léger.

#Français

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV « pas d’alliance avec la majorité ou l’extrême droite » pour le président LR de la Somme
NEXT 2023, année record pour une « Destination Cognac » ambitieuse