la mosquée de Pessac, en Gironde, encore vandalisée

la mosquée de Pessac, en Gironde, encore vandalisée
la mosquée de Pessac, en Gironde, encore vandalisée

C’est dans la nuit de samedi à dimanche que la mosquée de Pessac, en Gironde, a été vandalisée. ” Soyez raciste : votez blanc “, ” Des imams étrangers hors de France ! « . Ces deux messages étaient inscrits en grosses lettres sur les murs de l’établissement religieux de la métropole bordelaise. Ces propos sont revendiqués par « Action identitaire directe » qui a signé les inscriptions, rapporte Le Figaro.

Les membres de ce groupe sont déjà accusés d’avoir endommagé plusieurs bureaux parlementaires et locaux associatifs à Bordeaux et en Gironde. Ce serait la septième fois depuis 2015 que la mosquée de Pessac est vandalisée.

Le reste après cette annonce

Une mosquée accusée de promouvoir le salafisme

Cet établissement religieux avait déjà fait parler de lui en 2022, lorsque la mosquée était accusée de véhiculer un « idéologie salafiste « . Le ministère de l’Intérieur avait également demandé sa fermeture. Une demande rejetée par la justice.

Le reste après cette annonce

Ces nouvelles dégradations interviennent à quelques jours d’une audience au tribunal judiciaire de Bordeaux, prévue le 31 mai, au cours de laquelle la justice devrait examiner la demande de la préfecture de la Gironde d’expulser Abdouramane Ridouane, l’imam nigérien de la mosquée de Pessac.

« Un acharnement »

Selon l’avocat de l’imam, il s’agit d’un « acharnement « . Son client est accusé de « son attachement à la défense de la cause palestinienne et sa critique de la politique internationale de la France « . Sur les réseaux sociaux, Abdouramane Ridouane évoque régulièrement « Sionazim » de l’État d’Israël, qu’il désigne « Israël » (« hell » signifie « enfer » en anglais). Il signe régulièrement ses messages avec « La Palestine vivra, la Palestine gagnera » et compare également Israël à « un virus fabriqué dans le laboratoire de l’ONU « .

Le reste après cette annonce

Le reste après cette annonce

La préfecture n’a pas souhaité se prononcer sur la procédure actuelle.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT horaires, lieux, groupes… Le programme 2024