Le « nouveau printemps » de Griendel

“Ça va être beau, je téléphone jurer.” Martin Parrot a hâte d’ouvrir son restaurant microbrasserie. Début juin, les clients pourront profiter de la grande terrasse extérieure. Le copropriétaire de Griendel se réjouit de cette arrivée dans un quartier à la « vitalité économique et culturelle impressionnante », dans un local avec « un beau cachet » et de belles boiseries.

Double mouvement

«C’était un problème qu’on n’avait pas de terrasse à Saint-Sauveur», rappelle l’entrepreneur rencontré vendredi, alors qu’il s’affairait aux derniers préparatifs, quelques jours avant l’ouverture, en compagnie de son des partenaires d’affaires, plusieurs employés et deux bénévoles essentiels : son papa et sa maman.

“Nous l’installons ici avec une terrasse d’une capacité de 85 à 100 places assises et qui ne donne pas directement sur la rue”, souligne d’abord M. Parrot.

« Nous ne dépendons pour rien des négociations et des négociations avec la ville. La terrasse est à l’arrière, on l’ouvre et on la ferme (…) en saison, comme on le souhaite, en gros. Fék c’est très bien. »

Le Griendel dispose désormais d’une jolie terrasse.

A l’intérieur, on retrouve « un super beau bar » réalisé avec l’aide des ébénistes de Mobili et des designers de l’Atelier Filz. Les lieux ont un côté suranné typique de la ville haute avec ses grandes fenêtres laissant entrer la lumière, ses briques rouges et sa peinture verte. Le contraste est saisissant avec le vieux restaurant sombre de la rue Saint-Vallier Ouest rappelant le passé industriel de la ville basse.

À Saint-Sauveur, la cuisine était trop petite, alors qu’à Montcalm, elle est même « un peu trop grande ».

«Nous avons donc de la marge pour grandir. »

L’agencement des locaux permet désormais aux Griendel de disposer de pièces fermées.

Nouveau regarder ancien du Griendel.
Crédit photo : Thomas Verret

L’entreprise brassicole profite également du déménagement de la production à Saint-Jacques-de-Leeds, un village de la MRC des Appalaches, où le brassage et la salle de dégustation ont débuté leurs activités au cours des derniers jours.

« Non seulement nous gagnons un deuxième débit de boisson avec la salle de dégustation, mais nous gagnons également de l’espace avec la brasserie », complète Martin Parrot.

«Ça rendait compliqué de produire ce qu’on produit en bières à Saint-Sauveur avec deux étages et une partie de notre entrepôt qui était à l’extérieur des locaux, à cinq minutes en voiture. Ce n’était plus une manière pratique de procéder. »

Emplacement de rêve

Les dernières années ont été difficiles, avec une baisse marquée de la fréquentation depuis la pandémie, « qui ne s’est pas redressée ». De plus, les travaux de réaménagement de la rue Saint-Vallier, prévus pour les trois prochaines années, laissent présager des temps difficiles pour les commerçants de la rue. A Saint-Sauveur, impossible pour Griendel de remonter la pente. La situation était insupportable.

« Nous manquions de place en brasserie et en cuisine. Nous n’avions pas de terrasse et il y avait une réfection de la rue qui s’annonçait, ce qui faisait que ça allait être un enfer pendant quelques années », résume l’homme d’affaires.

De son propre aveu, « l’année dernière a été rock n Roll « . La sortie de Saint-Sauveur ne s’est pas déroulée sans heurts. En revanche, le double déménagement est enthousiasmant pour cette brasserie, qui implante son restaurant dans un quartier en pleine effervescence du Québec.

M. Parrot y ressent également « une énergie incroyable ».

« C’est effrayant le nombre de personnes qui sont dans la rue, sur les terrasses. Je trouve vraiment impressionnant la quantité d’activité qu’il y a ici dans le quartier. »

Maintenant situé à deux pâtés de maisons de l’avenue Cartier, le restaurant se trouve à proximité de plusieurs institutions culturelles, dont le Périscope, le Grand Théâtre et le Musée national des beaux-arts du Québec. Dans un mois, le Griendel se trouvera également à proximité immédiate du Festival d’été.

« Nous rejoignons un quartier doté d’une vitalité économique et culturelle très impressionnante. »

Président de la SDC Saint-Sauveur pendant quatre ans, Martin Parrot a dû faire ses adieux à la rue Saint-Vallier pour assurer la survie de Griendel.
Crédit photo : Thomas Verret

Nouveau départ

Le PDG de Griendel ne ressent aucune distorsion avec sa clientèle, malgré le changement de lieu.

« Les gens savent exactement qui nous sommes, constate Martin Parrot.

L’équipe reçoit « un accueil formidable » de la part des résidents et des commerçants locaux, sans oublier la présence de la SDC qui « est vraiment très proactive » à Montcalm, toujours selon M. Parrot.

« Nous sommes vraiment très heureux d’être ici. C’est comme un nouveau printemps à plusieurs niveaux. »

Martin peut compter sur l’aide de ses parents pour déménager.
Crédit photo : Thomas Verret

Fondée en 2015 par Martin Parrot, Olivier Savary, Alexandre Gaumond et Vincent Lamontagne, la microbrasserie Le Griendel est reconnue pour ses bières sèches et désaltérantes (crisp), dont des IPA, des lagers et des kölsch, entre autres.

Le restaurant du boulevard René-Lévesque offrira également davantage de nourriture « à partager », ainsi que davantage de cocktails et de vins d’importation privée.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Deux athlètes de l’USPCA à la fin de l’Ultra Trail du Puy Mary Aurillac
NEXT La musique célébrée sous la pluie dans la vallée de l’Eure et le sud des Yvelines, ce vendredi 21 juin ? – .