«Je pense que j’ai ma place parmi les pros»

«Je pense que j’ai ma place parmi les pros»
«Je pense que j’ai ma place parmi les pros»

Par

Éditorial - de la Manche

Publié le

27 mai 2024 à 13h59

Voir mon actualité
Suivre - de la Manche

Le Belge de l’équipe Morbihan, leader du Tour de la Manche depuis le départ de la 3e étape la veille, a remporté l’épreuve ce dimanche 26 mai 2024, à Granville (Manche). Jonas Geens s’exprime dans une interview.

Vous êtes-vous senti calme tout au long de la journée ?

Oui, il y a eu une échappée, mais l’équipe l’a parfaitement gérée. Je devais juste rester sur les roues et mes amis se chargeaient du reste ! Nous allions si vite que les autres ne pouvaient pas vraiment nous attaquer. J’ai toujours eu des coéquipiers autour de moi. Je ne vais pas dire que c’était facile, mais c’était quand même plus simple pour moi avec une telle équipe. Les gars étaient monstrueux ! Au final, je n’ai pas gagné d’étape, mais l’essentiel était de ramener ce maillot pour récompenser le travail de l’équipe.

Votre saison est exceptionnelle. On imagine que votre objectif est d’atteindre le niveau professionnel ?

Mon objectif est de vivre du vélo encore plusieurs années. L’année dernière, j’étais dans une équipe continentale en Belgique mais je devais travailler à temps partiel en parallèle pour compléter mon salaire. Là, je sais que c’est un grand privilège de faire du vélo uniquement comme moi cette saison. Et cela se voit dans mes résultats. Physiquement, je pense avoir ma place parmi les pros. Et j’ai progressé tactiquement.

Vous avez 25 ans et vous débutez dans le cyclisme…

Oui, j’ai pratiqué l’athlétisme, en me spécialisant dans le 800 mètres, quand j’étais jeune. A 16 ans, j’ai couru en 1’57” sur cette distance et j’étais l’un des tout meilleurs Belges. Mais une blessure à la cheville m’a fait arrêter. Puis j’ai étudié et commencé le cyclisme assez tard, à 22 ans. Je suis donc sûr que j’ai encore beaucoup à faire.

Que représente à vos yeux cette victoire au Tour de la Manche ?

Je ne connaissais pas cette course. Quand l’équipe m’a annoncé que je participais, j’ai eu un peu peur car j’imaginais que la Normandie était complètement plate ! C’était vraiment difficile et j’ai apprécié. C’est précisément pour cette raison que j’ai quitté la Belgique, car les courses étaient trop plates. En France, il y a un dénivelé et ça me convient mieux. C’est plus agréable de gravir des bosses que d’être à 50 km/h sur du plat !

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias préférés en vous abonnant à Mon -.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Castres. Get electronic voit la vie en grand dans son nouveau bâtiment de Castres
NEXT Avec Potaj’aide, des potagers dans les cours d’écoles