Un an après l’incendie du monastère du Bon Pasteur, la reconstruction est toujours attendue

Le 25 mai 2023, un incendie qui devait faire rage pendant trois jours se déclare au monastère du Bon Pasteur, au centre-ville de Montréal. Un an plus tard, les travaux de reconstruction sont toujours au point mort, au grand désarroi des habitants et des associations qui ont occupé les lieux.

Ce bâtiment multifonctionnel comprenait une coopérative d’habitation, une résidence pour personnes âgées, une salle de concert, une garderie et des locaux pour des organismes culturels.

La seule chose qui a été faite a été de sécuriser le bâtimentindique Matilde Fraga, gérante de la Maison Aurélie-Cadotte, la résidence pour personnes âgées modestes qui était située dans le monastère.

Les responsables du bâtiment ont fini de retirer les débris laissés par l’incendie en avril, a-t-elle déclaré. Tout un matin, sur ICI D’ABORD. Une toiture provisoire a également été installée.

Cependant, le caractère patrimonial du monastère a ralenti ce processus, explique Mme Fraga.

Il a fallu beaucoup de temps – presque un an – rien que pour protéger le bâtiment, car les exigences étaient très nombreuses. […]. Seulement pour maintenir ce qui restait debout, il fallait respecter les contraintes du ministère de la Culture.

Une citation de Matilde Fraga, gérante de la Maison Aurélie-Cadotte

Le Monastère du Bon Pasteur a en effet été inscrit au Registre du patrimoine culturel par le gouvernement du Québec en 1979.

Toutes les personnes âgées qui résidaient dans le monastère ont pu être relogées, ajoute Mme Fraga, mais pour beaucoup d’entre elles, la situation est loin d’être idéale.

Plusieurs résidents – dont certains vivaient au monastère depuis des décennies – ont dû se contenter d’appartements plus petits et plus chers et, dans certains cas, accepter de vivre avec des colocataires, explique le directeur.

La résidence pour personnes âgées du Monastère du Bon Pasteur a été fortement endommagée par les flammes. (Photo d’archives)

Photo : Yvan Lessard

Travaille toujours très loin

À l’heure actuelle, les travaux de reconstruction sont toujours très loinindique Mme Fraga, même si les plans de reconstruction de la résidence pour personnes âgées sont déjà prêts.

Les architectes et les ingénieurs ont découvert plusieurs défauts structurels dans le monastère. Les plans de reconstruction visent donc à corriger certains de ces défauts, notamment par l’installation de nouveaux murs coupe-feu et le renforcement des colonnes structurelles, ce qui prendra du temps et de l’argenta déclaré Mme Fraga.

Le problème : la gérante dit ne plus savoir à qui s’adresser pour financer ces travaux. Les pourparlers avec la Ville de Montréal et le gouvernement provincial sont au point mort alors que les deux parties sont aux prises avec des litiges juridiques concernant le bâtiment.

Perte pour la scène musicale

Le monastère abritait également la Chapelle du Bon-Pasteur, l’une des salles de musique classique les plus emblématiques de Montréal.

Ces concerts qui étaient présentés dans la Chapelle sont maintenant offerts au Centre Canadien d’Architecture de la rue Baile. Or, avec ce déménagement, plusieurs artistes ont perdu leur espace d’enregistrement, déplore Dominic Trudel, président du Conseil québécois de la musique.

>>>>

Ouvrir en mode plein écran

La Chapelle historique du Bon-Pasteur est l’une des salles de musique classique emblématiques de Montréal.

Photo : Facebook / Chapelle historique du Bon Pasteur

De plus, la Chapelle du Bon-Pasteur était un espace important pour les jeunes musiciens en début de carrière, explique M. Trudel.

Il faut faire en sorte que, malgré la reconstruction, le concept et l’esprit du lieu soient préservés et qu’il soit aussi beau qu’avant.

Une citation de Dominic Trudel, président du Conseil québécois de la musique

Nous nous sentons impuissants

Après l’incendie, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, s’est dite convaincue que le monastère du Bon Pasteur pouvait être reconstruit. Elle avait alors évoqué la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris qui, cinq ans après avoir été détruite par un gigantesque incendie, était presque achevée.

Plant]soit avec nous maintenant. Nous ne sommes que locataires. A terme, ce bâtiment appartient à la Ville », « texte » : « Nous aimerions [la mairessePlante] sois avec nous maintenant. Nous ne sommes que locataires. En fin de compte, ce bâtiment appartient à la Ville”}}”>Nous voudrions [la mairesse Plante] sois avec nous maintenant. Nous ne sommes que locataires. En fin de compte, ce bâtiment appartient à la Villedit Mme Fraga, qui rappelle le traumatisme que l’incendie a laissé aux résidents de la Maison Aurélie-Cadotte.

Quand on perd son cadre de vie et qu’il ne reste plus que ses vêtements, c’est vraiment très difficiletémoigne-t-elle, visiblement émue.

Nous nous sentons impuissants à ce stadedit Mme Fraga, ajoutant que de nombreuses personnes âgées commencent à perdre l’espoir de retourner un jour vivre au monastère.

>>>>

Ouvrir en mode plein écran

Le Monastère du Bon Pasteur une semaine après l’incendie. (Photo d’archives)

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

Dans une déclaration envoyée à Radio-Canada Vendredi, la Ville de Montréal a indiqué que sa priorité l’an dernier avait été de reloger les résidents. L’administration Plante est maintenant coincée dans des procédures judiciaires sur lesquelles elle ne peut pas commenter.

La résidence pour personnes âgées et la coopérative d’habitation préparent déjà leur reconstruction et ont adopté différentes approches pour compléter leur financementa ajouté la porte-parole de la Ville, Béatrice Saulnier-Yelle.

Ce qui est clair, c’est que nous devons réparer les dégâts de manière durable. Ce bâtiment est d’une qualité patrimoniale exceptionnelle et a forgé l’histoire musicale de Montréal et du Québec; il mérite une restauration digne de son importancerésume la Ville.

A voir et à écouter :

Avec des informations de CBC News

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV après un hiver entier sous surveillance, cet oiseau sauvage rarissime retrouve enfin la liberté
NEXT Pontarlier. Quelques idées de sorties dans le Haut-Doubs pour le week-end du 1er et 2 juin