Adversaires, présentation, objectifs… Ce qu’il faut savoir sur le projet Greendock

Adversaires, présentation, objectifs… Ce qu’il faut savoir sur le projet Greendock
Adversaires, présentation, objectifs… Ce qu’il faut savoir sur le projet Greendock

Une manifestation a eu lieu samedi 25 mai, entre Gennevilliers et l’Île-Saint-Denis. Elle a rassemblé des centaines d’opposants au projet Greendock. L’entrepôt, destiné au stockage de marchandises, doit être construit en 2027. Voici les trois points à savoir.

Entre Gennevilliers (Hauts-de-Seine) et l’Île-Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), plusieurs centaines de personnes ont manifesté samedi 25 mai contre le projet Greendock. 58 personnes ont été interpellées, selon une Source policière à nos confrères de l’AFP. . Les organisateurs indiquent qu’un groupe s’est détaché du cortège pour tenter de bloquer la zone logistique de Gennevilliers.

C’est ici que devrait se situer le bâtiment contesté par certains. Un futur entrepôt pour stocker des marchandises soutenu notamment par Patrice Leclerc, maire (Parti communiste français) de Gennevilliers. De l’autre côté, les opposants dont plusieurs associations comme «Soulèvements terrestres», sont contre sa construction.

France 3 Paris-Île-de-France vous donne les clés pour comprendre cette affaire.

Qu’est-ce que Greendock ?

Il s’agit d’un grand entrepôt logistique géré par le groupe immobilier australien Goodman. Il doit être utilisé pour le stockage de marchandises. Le bâtiment doit s’étendre sur 92 000 mètres carrés, selon Haropa-Ports, un établissement public qui gère notamment les ports de Paris. Cela fait environ 9 à 10 fois la taille d’un terrain de football (lien en anglais). L’entrepôt comprendra quatre étages et mesurera 600 mètres de long et 35 mètres de haut.

>>

L’entrepôt actuel sera remplacé par un bâtiment beaucoup plus imposant

© France 3 PIDF

Il devrait être ouvert en 2027, selon ses promoteurs. L’entrepôt de Greendock doit être établi »au sein du port de Gennevilliers, en remplacement d’un entrepôt logistique aujourd’hui désaffecté», indique le chantier du projet. Plus précisément, entre l’autoroute A15 et les voies du RER C.

Pourquoi parle-t-on du projet ?

Côté associatif, les acteurs revendiquent un risque pour l’environnement. « Il sera construit face à un site classé Natura 2000. C’est la première zone non anthropique d’Île-de-France : la présence humaine y est interdite. C’est un îlot de verdure, constitué uniquement de forêt. Il existe des espèces protégées, par exemple le martin-pêcheur, un oiseau rare.», nous a confié un habitant anonyme de l’Île-Saint-Denis, dans un article.

>
>

De nombreuses maisons font face à l’entrepôt de l’autre côté de la rivière

© France 3 PIDF

Autre inquiétude des opposants : d’éventuelles nuisances sonores et visuelles, car Greendock se trouverait en bord de Seine. “Il y a deux bras sur la rivière, dont l’un contient cette zone protégée. La crainte est d’avoir beaucoup de trafic fluvial sur cette partie», a ajouté ce résident anonyme. De son côté, Antoine Gaudin, porte-parole du collectif Stop Greendock et participant à la manifestation, craint que le bâtiment ne bloque “la trajectoire des oiseaux” Et “le soleil en hiver” dans cette zone.

Qu’espèrent les partisans du projet ?

Parmi les porteurs du projet, la ville de Gennevilliers. En octobre 2022, nous avons interviewé Anne-Laure Perez, première adjointe au maire de Gennevilliers (Parti communiste français) chargée de l’aménagement et de l’urbanisme : “Ce projet de densification en hauteur permet d’éviter l’étalement logistique, et donc d’éviter que les entrepôts s’étendent à perte de vue. On sait qu’il s’agit d’immeubles de grande hauteur, mais cela change du site actuel constitué d’un terrain vague et de hangars squattés. Le promoteur prévoit notamment 15% pour le transport fluvial.

C’est sur ce dernier argument que s’appuie également Jean Plateau, directeur du port de Gennevilliers. « L’enjeu de ce bâtiment, en se positionnant sur le port de Gennevilliers, est de pouvoir utiliser le fleuve notamment pour acheminer des marchandises au cœur de l’Île-de-France, d’être approvisionné par le fleuve et ainsi, décarboner la livraison. , reporter la livraison de la route au fleuve, décongestionner nos routes“, plaide ce gérant d’Haropa-Ports.

LIRE AUSSI ► Au nord de Paris, tollé contre les futurs entrepôts Greendock

Des consultations auprès des résidents ont eu lieu. Elles ont notamment été réalisées sur la commune de Gennevilliers.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le PSG prend le vent de… un joueur du FC Metz ! – .
NEXT Les Pays-Bas. Mbappé remplaçant, Tchouaméni de retour… la composition officielle du match