Les libéraux rêvent du retour de la « rigueur budgétaire »

Les libéraux rêvent du retour de la « rigueur budgétaire »
Les libéraux rêvent du retour de la « rigueur budgétaire »

L’économie est au cœur du congrès du Parti libéral du Québec (PLQ) qui a lieu ce week-end à Bromont. Des panels aux discours, en passant par les propositions et les interviews, chacun a décidé d’en faire le sujet principal du rassemblement militant.

Voulant contraster avec le gouvernement Legault « qui accapare l’argent à gauche et à droite » et qui est « incapable de choix difficiles », les députés du PLQ devraient mandater leur parti pour présenter un plan de retour à l’équilibre budgétaire dans les plus brefs délais. arrivée d’un gouvernement libéral.

Mais cette « rigueur » exigera des « décisions difficiles » et des « sacrifices », conviennent les ténors libéraux, dont le dernier mandat a été marqué par des mesures d’austérité.

« Le Parti libéral est toujours le parti de la rigueur et de la bonne gestion des finances publiques », a insisté le leader parlementaire du parti, Monsef Derajji. Ce que nous allons promettre aux Québécois, c’est que le Parti libéral prendra au sérieux l’état des finances publiques.»

« Il faut agir sur la colonne des revenus […] mais surtout veiller à la rigueur budgétaire.»

— Monsef Derraji, député libéral de Nelligan et leader parlementaire

«Je vous dirais qu’il y a du ménage à faire», a également déclaré le député André Fortin, après s’être moqué de la gestion des fonds publics par le gouvernement caquiste. « Prendre des décisions difficiles implique forcément de faire des sacrifices », a-t-il reconnu, avant de nuancer. Mais cela ne nous empêche pas d’investir dans l’avenir.»

>>>>>>

Le député libéral André Fortin convient que la « rigueur budgétaire » s’accompagnera de « sacrifices ». Mais il n’est pas question de parler d’austérité. (Édouard Plante-Fréchette/Archives -)

Le chef par intérim du PLQ, Marc Tanguay, est du même avis. Il «ne nous pardonne pas François Legault [avoir fait] un déficit historique de 11 milliards » sans plan de retour à l’équilibre budgétaire. « On verra à l’aube des prochaines élections […] l’étendue des dégâts. »

«La rigueur, je pense que c’est le mot clé», a déclaré l’élu montréalais en mêlée de presse. M. Tanguay a toutefois catégoriquement refusé l’étiquette d’austérité, accolée à son parti entre 2014 et 2016, alors que le gouvernement Couillard avait sérieusement limité la croissance des dépenses de l’État.

Rigueur et services, comme sous Couillard

Les chefs du Parti libéral se veulent toutefois rassurants. Ils assurent que malgré les « sacrifices », les services à la population seront épargnés, voire améliorés. Comme c’était le cas sous Philippe Couillard, insistent-ils.

Le principe-cadre voté samedi au congrès prévoit également que le projet des libéraux de retour à l’équilibre budgétaire « préserve les services essentiels ». […] en particulier dans l’éducation et la santé.

« Les décisions difficiles impliquent nécessairement des sacrifices. Mais cela ne nous empêche pas d’investir dans l’avenir», a insisté André Fortin, se disant «fier» du bilan du dernier gouvernement libéral. «Je vous rappelle l’état dans lequel Philippe Couillard a pris le Québec. Il y avait énormément de travail à faire. »

>>>>>>

Au cours des deux premières années de son mandat, le premier ministre libéral Philippe Couillard a imposé des contrôles stricts sur la croissance des dépenses de l’État, souvent qualifiés d’austérité. (Mathieu Bélanger/Archives de - Canadienne)

“Nous avons créé de la richesse et bien géré les finances publiques”, a ajouté Monsef Derraji. Services publics, fin 2018 [en comparaison] à compter d’aujourd’hui, sont dans une bien meilleure position, a-t-il assuré, pointant notamment l’état du réseau de santé.

« Regardez le temps d’attente aux urgences et l’accès à la première ligne [en santé]. Personne ne me dira aujourd’hui que l’accès au front s’est amélioré avec François Legault.

«Je ne pense pas que les Québécois d’aujourd’hui vont mal analyser ce qu’a fait M. Couillard.»

— Monsef Derraji, député libéral de Nelligan et leader parlementaire

Samedi, lors de leur congrès, les libéraux québécois rendront également hommage à l’ancien premier ministre, dont plusieurs ont vanté le « courage » ces dernières heures.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Nadia Faveris porte les valeurs du Nouveau Front Populaire à Dreux
NEXT Le défilé de la fête du Canada est annulé à Montréal par son organisateur