les médias sociaux sont des « pousseurs virtuels », selon Legault

les médias sociaux sont des « pousseurs virtuels », selon Legault
les médias sociaux sont des « pousseurs virtuels », selon Legault

Les réseaux sociaux comme TikTok ou Instagram s’apparentent à des « pousseurs virtuels », estime François Legault, qui n’exclut pas d’en interdire l’accès aux jeunes Québécois.

• Lire aussi : Trois partis, trois conseils au Québec ce week-end

«La façon dont fonctionnent les réseaux sociaux, c’est de rendre les lecteurs accros, c’est un peu comme s’ils étaient des revendeurs virtuels, comme les drogues, comme les autres substances et c’est inquiétant», a reconnu samedi le premier ministre, en ouverture du Conseil général de la CAQ.

Il y a une dizaine de jours, François Legault rejetait pourtant, voire ridiculisait, l’idée d’établir une majorité numérique, comme le suggérait son rival péquiste Paul St-Pierre Plamondon.

Mais désormais, les jeunes caquistes militent pour que l’âge minimum d’accès aux réseaux sociaux soit fixé à 16 ans. La Commission Succession de la CAQ souhaite donc que le Québec soit encore plus strict que la France ou même la Floride, qui interdira aux moins de 14 ans d’ouvrir un compte sur un réseau social.

La proposition des jeunes diluée

Débattue par quelque 600 militants réunis à Sait-Hyacinthe, cette proposition de la jeunesse a toutefois été diluée.

Plusieurs députés caquistes sont allés au micro pour plaider que ce n’est pas le rôle du gouvernement de s’immiscer dans ce qui se passe « dans les chambres » des Québécois. Contre l’idée de fixer la majorité numérique à 16 ans, la députée Isabelle Lecours a rappelé que les jeunes de 14 ans sont autorisés à consulter un médecin en toute confidentialité et sans le consentement de leurs parents.

Le secrétaire-trésorier de la Commission jeunesse a demandé au gouvernement de prendre des mesures pour protéger les adolescents des réseaux sociaux. «On veut changer les choses», a insisté Léa Leroux. Ce n’est pas parce qu’il y a des fast-foods à chaque coin de rue que c’est bon pour la santé !

Malgré l’insistance des jeunes caquistes, la proposition est considérablement modifiée et vidée de toute obligation pour la CAQ. Il est donc désormais question de tenir une commission parlementaire pour étudier « l’instauration d’une majorité numérique pour les mineurs ». Le parti ne précise pas jusqu’à quel âge les adolescents ne seraient pas autorisés à ouvrir un compte Instagram, TikTok ou Snapchat.

Malgré tout, François Legault est du même avis que les jeunes caquistes, selon lequel les médias sociaux sont des produits addictifs, au même titre que l’alcool, le cannabis et les jeux de hasard. “Cela me fait peur, cela crée d’importants problèmes de santé mentale chez les jeunes”, a-t-il déclaré. Je suis ouvert à entreprendre des actions importantes pour les réseaux sociaux.

Son ministre de la Cybersécurité et du Numérique ne s’était pas encore tranché sur le sujet. Même s’il a lui-même un enfant qui a développé une addiction à Internet, Éric Caire estime qu’il est sain de réfléchir à cette question.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Pontarlier. Quelques idées de sorties dans le Haut-Doubs pour le week-end du 1er et 2 juin