Mais qui sont ces jeunes Corréziens qui défendent les idées communistes ? – .

Mais qui sont ces jeunes Corréziens qui défendent les idées communistes ? – .
Mais qui sont ces jeunes Corréziens qui défendent les idées communistes ? – .

Dans la salle, au parc des Perrières, à Brive, ce samedi matin 25 mai, la moyenne d’âge devait se situer autour de 60 ans pour alimenter le débat intitulé « Voter, pourquoi tu le fais ? « . Pourtant, ici et là, de jeunes militants reprennent le flambeau et veulent toujours croire aux idées communistes.

Un insigne « PCF 19 » épinglé sur sa chemise en palmier, il est en tête de figure de proue. Nicolas Marlin, 24 ans, est secrétaire fédéral du PCF en Corrèze depuis environ un an. Son engagement envers le Parti communiste ? « C’est surtout familial », répond le Tullist. Pour lui, « la jeunesse est engagée sur tout un tas de sujets sur lesquels le PCF a des réponses : le conflit israélo-palestinien, l’écologie, la lutte contre l’extrême droite… » Et il ne manque pas de souligner que « le chef du La liste PCF pour les européennes du 9 juin (Léon Deffontaines NDLR) a 28 ans.»

“Le projet communiste n’est pas archaïque”

Un autre Nicolas a rejoint le PCF il y a neuf ans, alors qu’il n’avait que 25 ans. « La campagne de Mélenchon en 2012 m’a marqué. Ensuite, j’ai vécu de près deux grands projets sociaux et le combat syndical qui les accompagne, à la Socat, à Terrasson, et aux Papeteries de Condat… Cela a renforcé mes convictions. »

Léon Deffontaines, tête de liste communiste pour les européennes : « il faut débunker Strasbourg »

Pour eux, « le projet communiste n’est pas archaïque », mais ils sont conscients qu’« il y a un héritage à porter. Cela permet de se faire dire que rien n’est impossible », estime Nicolas Marlin. Et le 9 juin, la marche sera haute puisque le Parti communiste français n’a plus d’élu au Parlement européen depuis 2019. Cette année-là, il n’a recueilli que 2,49 % des voix. « Mais la Corrèze est le département qui a le plus voté pour Fabien Roussel aux dernières élections présidentielles », rassure Nicolas Marlin.

Une vague d’adhésion après les élections présidentielles

D’ailleurs, « nous avons eu une vague d’adhésion après les élections présidentielles », assure Nicolas Haag, secrétaire de section à Brive. L’effet Roussel ? « Plutôt la visibilité du parti. Fabien a fait beaucoup de bien, mais il incarne les idées du parti.» Le PCF compte désormais un peu plus de 300 adhérents en Corrèze, dont une poignée de jeunes prêts à se battre pour ses idées.

Réunions publiques à venir
LE 28 mai, à 18h30, à Objat, salle d’exposition, avec Emmanuel Maurel ; LE 1er juin, à 18h30, à Tulle, salle Latreille bas, avec Brahim Jlali et Marylène Fort ; LE 3 juinà 18h, salle Simone-Veil, avec Violette Folgado.

Émilie Auffret

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV lettres aux lecteurs du 17 juin 2024
NEXT accident de la route à St Laurent-d’Aigouze, un blessé grave