la Chambre des Métiers et de l’Artisanat au plus près des artisans locaux

la Chambre des Métiers et de l’Artisanat au plus près des artisans locaux
la Chambre des Métiers et de l’Artisanat au plus près des artisans locaux

Jeudi 23 mai, la Chambre des Métiers et de l’Artisanat (CMA) Nouvelle-Aquitaine Landes s’est rendue au Pays Tarusate « pour apporter soutien et conseils en mettant en valeur le travail remarquable des artisans locaux, en encourageant leur d…

Jeudi 23 mai, la Chambre des Métiers et de l’Artisanat (CMA) Nouvelle-Aquitaine Landes s’est rendue au Pays Tarusate « pour apporter soutien et conseils en valorisant le travail remarquable des artisans locaux, en favorisant leur développement et en mettant en avant leur savoir-faire unique.

Ces visites d’entreprises permettent également des échanges mutuels fructueux. Accompagné d’artisans membres du CMA, le président Patrice Lartigue a visité K’ross Rion, la carrosserie d’Angélique et Philippe (ex-Nicolas Juglin) dans la zone industrielle, avant de se rendre à Saint-Yaguen avec Laurent Maurin (sciage et rabotage) et ex-Miremont, pour finir à la sablière (ex-Rubio) du groupe Daniel à Meilhan (exploitation de gravières, extraction d’argile et de kaolin).

Problèmes récurrents

Chaque rencontre a révélé des artisans passionnés qui, au-delà de leurs spécificités, rencontrent les mêmes problématiques récurrentes. Avec un mot qui revenait sans cesse dans tous les mots : rentabilité.

Les débats se sont nourris sur fond « d’une nouvelle philosophie du travail et d’un phénomène de société : on va avoir le salaire mais pas le travail », « cela n’est plus au centre des préoccupations », « la voie royale de l’artisanat ». ce n’est pas le baccalauréat mais plutôt l’alternance ». Cela a abouti à l’examen d’un recrutement difficile, associé à un besoin souvent viscéral de l’apprenti de chercher ailleurs une fois formé.

Ces trois visites faisant suite à des retours très positifs ont mis en évidence une volonté unanime d’investissement, encadrée par le respect écologique et environnemental, et ce « souvent malgré seulement 2 % débloqués ».

Certaines étapes sont en cours, comme l’achat d’un compresseur et d’un sécheur d’air pour la cabine de peinture, ou encore l’extension de plusieurs hectares du site communal de La Sablière et même l’utilisation d’argile trouvée à une dizaine de mètres de profondeur, sous le sable. Chez Maurin, couvrir toutes les machines de moins d’un hectare en photovoltaïque ne semble plus une utopie.

Le président a eu le dernier mot : « Voir les gens de près sur le territoire nous fait découvrir des joyaux. »

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Plages de Noirmoutier-en-l’Ile Vendée. Lundi 17 juin 2024
NEXT Michel Aebischer, un héros discret – rts.ch