L’ombre d’Émilise Lessard-Therrien se profile

L’ombre d’Émilise Lessard-Therrien se profile
L’ombre d’Émilise Lessard-Therrien se profile

« Je regrette de n’avoir pas réussi à empêcher son départ. J’ai ma part de responsabilité dans son départ», a-t-il admis dans son discours samedi matin devant quelques centaines de militants solidaires réunis à Jonquière.

À ses côtés, Christine Labrie, qui a remplacé Émilise Lessard-Therrien au pied levé, a déclaré : « Tout le monde aurait préféré que ce soit Émilise qui soit au micro en ce moment. Je suis bien au courant de cela.”

Dans un document cité par Radio-Canada samedi, l’ancienne porte-parole Émilise Lessard-Therrien fait part de ses récriminations contre son parti qui l’ont poussée à démissionner.

Elle dit qu’elle était handicapée, qu’elle n’avait pas les ressources nécessaires pour faire son travail et qu’elle avait été rebutée après un entretien avec la chaîne publique. Mme Lessard-Therrien affirme également que le courant ne passait pas entre elle et son homologue masculin, Gabriel Nadeau-Dubois.

>>>>>>

Une affiche soulignant la contribution de l’ancienne porte-parole de Québec solidaire, Émilise Lessard-Therrien. (Tom Core/Le Quotidien)

Cette démission a provoqué une onde de choc au sein du parti. Après des semaines difficiles rythmées par une multitude d’échanges épistolaires, le Conseil national constitue un moment charnière pour Gabriel Nadeau-Dubois qui souhaite faire passer la Déclaration du Saguenay auprès de ses membres. Il souhaite également que le programme du parti soit allégé afin qu’il soit plus « pragmatique ».

Le leader parlementaire solidaire a toutefois reçu un coup de pouce cette semaine lorsque la ministre caquiste de l’Habitation, France-Élaine Duranceau, a déposé un projet de loi visant à mieux protéger les locataires aînés, une demande de longue date de QS.

Gabriel Nadeau-Dubois n’a pas manqué de souligner ce possible gain lors de son discours d’ouverture. « Nous faisons tous des sacrifices dans notre engagement politique pour une raison. Eh bien, pour moi, c’est ma raison », a-t-il déclaré.

Le parti redoute visiblement des débats houleux en fin de semaine. La journée de samedi s’est ouverte avec une allocution d’un membre du comité d’éthique de QS, Martin Roy, visant à rendre plus harmonieuses les discussions lors du Conseil national.

« Je nous invite à nous libérer du blâme et de la recherche de coupables, car cela nuit au climat d’activisme », a-t-il déclaré aux membres présents.

Cette intervention «est une nouvelle pratique développée dans le cadre de nos réflexions sur l’amélioration de nos saines pratiques de débat», indique le parti.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le Musée Ariana expose ses pièces contemporaines
NEXT les membres du syndicat veulent plus de prévisibilité dans leur emploi du temps