RÉV Saint-Denis | Un obstacle dans une section sensible indigne les cyclistes

La plus importante « autoroute cyclable » de Montréal est bloquée depuis plusieurs jours par la piétonnisation de la rue Saint-Denis pour un festival. Et de nombreux cyclistes sont indignés de voir le Réseau Vélo Express (REV) détourné vers des itinéraires moins sécuritaires.


Publié à 1h12

Mis à jour à 5h00

Ce qu’il faut savoir

  • Une partie importante du REV Saint-Denis est fermée en raison d’un festival.
  • Les cyclistes se plaignent du fait que les itinéraires alternatifs proposés par la Ville ne sont pas sécuritaires.
  • Vélo Québec réclame une meilleure coordination des mesures.

La rue Saint-Denis est en effet fermée depuis le début de la semaine sur un kilomètre et demi en raison du Festival BD, du 24 au 26 mai.

Contrairement aux dernières années, l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal a décidé d’interdire complètement le passage des vélos sur plus d’un kilomètre et demi du REV, soit entre les axes du boulevard Saint-Joseph et du Square Saint-Louis. Il s’agit actuellement de l’un des tronçons du réseau cyclable montréalais les plus achalandés sur l’île, avec une moyenne de plus de 7 500 passages par jour.

Interrogé à ce sujet, le district avance que lors de l’édition 2022 du festival, le REV était resté ouvert, mais que « cela avait posé des problèmes de cohabitation et était propice aux accidents puisque les kiosques étaient situés le long » de la piste cyclable.

En 2023, le Réseau Vélo Express a été fermé uniquement pendant les horaires du festival, généralement de 11h à 18h, puis rouvert la nuit et le matin.

« Il s’agissait d’une solution jumelée qui laissait cependant trop peu d’espace dans les zones de tentes pour les festivaliers. Il a également été impossible d’agrandir les tentes au centre de la rue en raison des demandes de sécurité du Service d’incendie de Montréal (SIM), soit de laisser six mètres au centre de la route pour permettre le passage des camions de pompiers. appuie la porte-parole, Geneviève Allard.

Cette année, les chapiteaux du Festival sont plus spacieux et « ne peuvent toujours pas empiéter sur cette zone de six mètres pour respecter les prérogatives du SIM et se retrouver repoussés dans le REV », ajoute-t-elle. C’est pourquoi l’arrondissement a accepté de « détourner le tracé du REV vers des aménagements cyclables adjacents ».

Des plans B qui ne sont pas sûrs

Officiellement, la Ville offre aux cyclistes la possibilité de suivre deux autres itinéraires, soit vers le nord via la Vélorue Saint-André et, vers le sud, via les itinéraires de l’Hôtel-de-Ville ou de Laval. En réalité, c’est plus compliqué.

Sur TikTok, mercredi, la médecin et résidente de santé publique « Michelle MD » a déploré que, rue Saint-André, la « piste cyclable n’en soit pas une ». Il s’agit plutôt d’une configuration de voie à une seule voiture, avec de simples logos cyclistes au sol, mais sans protection.

Nous sommes en plein milieu de la rue et lorsque les voitures veulent passer, nous nous écartons pour les laisser passer. Il existe également des carrefours sans arrêt ni feu de circulation qui doivent être traversés. […] Je ne me sentais pas en sécurité pendant ce voyage.

Michelle MD, médecin, dans une vidéo vue des dizaines de milliers de fois

Au total, la cycliste a indiqué avoir « dû traverser trois rues où il n’y avait aucun arrêt en sens inverse, dont deux boulevards principaux, Mont-Royal et Saint-Joseph, où [elle a] Il a fallu attendre longtemps avant qu’il n’y ait plus de voitures. « Et même là, je ne voyais pas clairement les voitures arriver à cause des voitures garées », ajoute-t-elle.

type="image/webp"> type="image/jpeg">>>

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, -

Le Service d’incendie de Montréal exige que le centre de la rue Saint-Denis soit laissé libre, obligeant les tentes du Festival BD à empiéter sur le REV.

Se disant comprendre que la rue Saint-Denis « peut servir à autre chose », la Montréalaise déplore néanmoins que les options alternatives soient « dangereuses », alors que le REV est très achalandé.

Compliqué de déménager

Vélo Québec partage cet avis. « Il n’existe pas vraiment d’itinéraires sûrs recommandés, ni pour les voitures ni pour les vélos. Cela signifie que plusieurs se retrouveront également sur la rue Drolet, et là cela devient désagréable et moins sécuritaire. Il aurait pu y avoir des moyens pour que cet espace cyclable tant apprécié ne soit pas perdu à 100 % », affirme son PDG, Jean-François Rheault.

Tout cela s’ajoute au fait « qu’en ce moment, le viaduc Christophe-Colomb est fermé aux vélos pendant les travaux ». « Cela devient extrêmement compliqué pour les cyclistes de se déplacer. C’est surtout l’accumulation de tout cela qui, au final, pose problème », poursuit-il.

«Pour l’avenir, j’espère que la Ville fera le point sur tout cela et tentera d’adopter des mesures plus globales», ajoute M. Rheault.

Depuis la fermeture de ce tronçon du REV Saint-Denis, la fréquentation cycliste a sans surprise baissé, on le constate à la lecture des écomètres. Alors qu’en début de semaine, il y avait 7.700 déplacements en deux-roues par jour à l’angle de Saint-Denis et des Carrières, il n’y en avait que 481 jeudi.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV 16 mm f/1.2 AF et 75 mm f/1.2 AF pour hybrides APS-C – .
NEXT Gasly met en lumière l’attitude d’Ocon au Canada