le département de la culture a établi des contrats fictifs

le département de la culture a établi des contrats fictifs
le département de la culture a établi des contrats fictifs

Le Service Valais de la Culture a établi des contrats fictifs

Publié aujourd’hui à 12h12

À ce stade, vous trouverez du contenu externe supplémentaire. Si vous acceptez que des cookies soient placés par des fournisseurs externes et que des données personnelles leur soient ainsi transmises, vous devez autoriser tous les cookies et afficher directement le contenu externe.

Autorise les cookiesPlus d’informations

Le service culturel valaisan a publié des contrats fictifs et contourné ainsi les règles de l’État. C’est ce qu’a constaté l’Inspection cantonale des finances, qui a enquêté à la demande du service concerné.

Ces « contrats fictifs » ont été établis pour « permettre le paiement d’heures supplémentaires » à quelqu’un qui avait dépassé les « heures autorisées ». Et cela à deux reprises, écrit l’Inspection cantonale des finances (IF) dans son rapport d’activité 2023.

L’IF a également constaté « un cas de contournement du système en vigueur pour les engagements du personnel auprès de l’État » : le service de la culture a permis à une personne arrivée au terme de son engagement « de travailler quatre mois supplémentaires sous ‘l’égide du bureau mandaté’. .

Certains éléments pouvant constituer « une éventuelle infraction pénale poursuivie d’office, l’IF a remis son rapport au procureur de la République. Ceci conformément à la « loi sur la gestion et le contrôle administratif et financier du canton ».

Sur la table du Grand Conseil

Dans un entretien publié samedi dans Le Nouvelliste, le chef du département de la santé, des affaires sociales et de la culture Mathias Reynard a déclaré qu’à partir du moment où les équipes de contrôle de son département ont identifié des problèmes et l’en ont informé, il a contacté l’inspection des finances et demandé un rapport.

« Les règles sont claires. Si des pratiques non conformes sont attestées, je demande leur régularisation. Concernant les cas de contrats fictifs, il précise : « Nous sommes confrontés à un contournement des règles de l’État et ce n’est pas acceptable. Le service a dû immédiatement remettre les choses en ordre.»

Les vérifications effectuées par l’IF à la demande du service Mathias Reynard sont mentionnées dans le rapport d’activité 2023 de l’Inspection cantonale des finances. Ce sera sur la table du Grand Conseil lors de sa session de juin.

ATS

Avez-vous trouvé une erreur ? Merci de nous le signaler.

0 commentaire

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV condamné pour trafic de drogue et téléphone en détention à Vivonne
NEXT rare sortie du couple à Biarritz