Problèmes financiers importants pour les agriculteurs de la région

Problèmes financiers importants pour les agriculteurs de la région
Problèmes financiers importants pour les agriculteurs de la région

Le désarroi des agriculteurs qui ont manifesté jeudi se ressent également dans la région. Après une année difficile en termes de conditions météorologiques, les propriétaires agricoles subissent des pressions financières importantes.

Comme plusieurs autres agriculteurs de la province, Pierre Gauthier, producteur laitier à Saint-Félix-De-Kingsey, semble déprimé en raison des nombreux défis qui gangrènent sa profession.

Dame nature n’est pas de notre côté, l’année dernière c’était exécrable au Centre-du-Québec. Avec les taux d’intérêt qui ont énormément bondi ces deux dernières années et les infrastructures que l’on est obligé d’avoir en production laitière pour le bien-être animal, on a du mal à y arriver.il a dit.

M. Gauthier affirme que les taux d’intérêt élevés réduisent à zéro toute perspective d’investissement dans sa ferme.

2024, et si nous avions prévu de faire des agrandissements plus tard, avec le taux d’intérêt et le coût du travail, nous ne pouvons pas », « texte » : « On oublie ça pour l’année 2024, et si nous avions prévu de faire des agrandissements plus tard, avec le taux d’intérêt et le coût de la main d’œuvre, nous ne pouvons pas”}}”>Nous oublions que pour l’année 2024, et si nous envisageons de faire des expansions plus tard, avec le taux d’intérêt et le coût du travail, nous ne pouvons pasil explique.

Les agriculteurs ont du mal à arriver et à investir pour l’avenir.

Photo : Radio-Canada

M. Gauthier n’a aucune difficulté à imaginer que de nombreux agriculteurs se retrouvent dans une situation où ils se retrouvent incapables de payer leurs dettes.

On est en mode survie, on essaye de sauver notre peau sans le laisser faireil a dit.

Il espère que les gouvernements apporteront leur aide, mais il se demande comment les agriculteurs reçoivent cette aide.

Ils disent qu’ils ont des programmes, mais la paperasse est tellement énorme que dans tous les questionnaires, il y a toujours une question négative en guise de réponse, ce qui signifie qu’on ne peut pas obtenir de subvention ou de subvention.se lamente-t-il.

Il indique que le gouvernement devra faire mieux s’il veut sortir de la crise.

300papers », « texte » : « Actuellement, pour la prochaine génération, il faut absolument une réduction des taux d’intérêt pour aider la prochaine génération. Pour les producteurs qui sont, comme on dit, au bord du gouffre, une aide immédiate est absolument nécessaire sans avoir à remplir 300 papiers”}}”>Actuellement, pour la prochaine génération, il faut absolument une réduction du taux d’intérêt pour aider la prochaine génération. Pour les producteurs qui sont, comme on dit, au bord du gouffre, une aide immédiate est absolument nécessaire sans avoir à remplir 300 papiers.il ajoute.

Il craint qu’il y ait des conséquences terribles si le gouvernement ne met pas rapidement en place l’aide.

Il y a des producteurs qui vont lâcher prise. Il y a des producteurs qui pensent peut-être au suicide et il n’y a personne qui en parle, c’est énorme. La santé psychologique en agriculture est énorme, c’est un grand fléauindique-t-il.

La situation ça ne s’est pas amélioré du tout

L’Union des producteurs agricoles, qui interroge chaque année ses adhérents, constate une dégradation de la santé mentale et financière de ses adhérents.

Selon Martin Marcouiller, président de la composante Mauricie de la fédération desUPAla situation de ses membres ça ne s’est pas amélioré du tout.

Ce que nous vivons sur le terrain, c’est que la situation financière s’est vraiment dégradée au niveau des entreprises, en termes de détresse aussi, elles sont nombreuses, très nombreuses. Nous voilà, comme le disait le gouvernement, dans une crise agricoleil a dit.

>>>>

Ouvrir en mode plein écran

Le président de l’UPA de la Mauricie, Martin Marcouiller, craint que certains agriculteurs commettent l’irréparable.

Photo : Radio-Canada

Outre les problèmes liés aux conditions météorologiques et au changement climatique, l’inflation a également porté préjudice aux agriculteurs.

Tous les coûts des intrants ont vraiment augmenté, le prix du diesel a également beaucoup augmenté, ce qui signifie que nos coûts de transport ont explosé.il explique.

M. Marcouiller note que selonUPA, la proportion d’agriculteurs ayant des difficultés à rembourser leur prêt s’élève à 20 %. Et la proportion d’agriculteurs qui envisagent de fermer leur entreprise s’élève à 11%, soit une augmentation d’un point de pourcentage par rapport à l’année dernière.

D’après une interview à l’émission En direct et informations de Barbara Leroux

Écouter :

Pierre Gauthier en entrevue à l’émission En direct

Besoin d’aide?

Si vous songez au suicide ou si vous vous inquiétez pour un proche, des intervenants sont disponibles pour vous aider partout au Québec, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Téléphone : 1 866 APPEL (277-3553)

Texte : 535353

Vous pouvez également composer ou envoyer un SMS à la ligne 988.

Chat, informations et outils : www.suicide.ca

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV masqué et armé d’un couteau, il extorquait des personnes âgées
NEXT TIR DE PRESSION SUR RENNES MÉTROPOLE – .