Cotentin. Les travailleurs de cette entreprise nucléaire sont inquiets

Cotentin. Les travailleurs de cette entreprise nucléaire sont inquiets
Cotentin. Les travailleurs de cette entreprise nucléaire sont inquiets

Par

Solène Lavenu

Publié le

24 mai 2024 à 11h43

Voir mon actualité
Suivre - de la Manche

« Les deux millions payés par le contribuable, où sont-ils passés ? » Arnaud Vimond, délégué du personnel CGT, ne s’emporte pas. “Il n’y avait pas pas d’investissement. Ni humain, ni logistique, ni même dans les locaux. Où sont passées les promesses de modernisation des outils ? »

Le climat n’est toujours pas favorable à laentreprise de soudage de haute technologie pour le nucléaire installé à Digulleville (Manche).


Trois ans après le rachat d’ACPP par Fives Nordon, le préoccupations hantent toujours les salariés.

L’aide exceptionnelle l’économie accordée par la Région Normandie dans le cadre de la relance a, selon les salariés, eu aucun impact d’amélioration les conditions de travail. « Nous n’en avons pas vu la couleur ! », assurent les syndicalistes.

Et les gros contrats tardent à arriver. « On nous en parle. Nous parlons de chiffres en millions. Mais rien n’est signé ! », explique Yohan Launey de la CFDT.

La goutte d’eau…

En pleine négociation salariale annuelleils étaient une trentaine manifeste leurs craintes pour l’avenir devant l’entreprise dès 6 heures du matin, ce vendredi 24 mai 2024.

La goutte qui a fait déborder le vase ? L’attribution d’une enveloppe individuelle d’augmentation plus important pour les managers que pour les travailleurs.

Vidéos : actuellement sur -

« Nous comprenons que les temps sont durs, et nous n’avons rien à redire sur l’enveloppe globale de 3 % », expliquent les représentants du personnel. En revanche, si les augmentations individuelles sont 0,8% pour les travailleurs quand ils sont 2,3% pour les cadres, ce n’est pas acceptable. »

D’autant que, toujours selon eux, le conditions salariales ne sont pas à la hauteur de la tâche de retenir leurs travailleurs qualifiés. « On voit des salariés qui quittent l’entreprise, alors qu’ils ne sont qu’à deux ans de la retraite. D’autres que nous avons formés et qui finissent également par partir, embauchés dans de meilleures conditions. Nous avons de nombreux départs et nous nous perdons petit à petit notre savoir-faire et notre expérience», désespèrent-ils.

ACPP Fives Nordon compte aujourd’hui 140 salariés, dont 107 ouvriers. Une réunion avec la direction était prévue, mais « la maison mère a expliqué qu’elle ne négociait pas avec les grévistes. Alors on attend… »

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias préférés en vous abonnant à Mon -.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV le candidat socialiste Jérôme Guedj mais sans le Nouveau Front Populaire
NEXT Des milliers de personnes manifestent dans les rues de Genève