Première promotion de jeunes pompiers à Mayotte

Première promotion de jeunes pompiers à Mayotte
Première promotion de jeunes pompiers à Mayotte

« Vous recevez aujourd’hui votre brevet de jeune pompier qui récompense les efforts que vous avez fournis durant ces trois années passées à mes côtés. Mais sachez que ce n’est qu’une première étape et qu’il reste encore beaucoup de chemin à parcourir si vous souhaitez un jour devenir pompier professionnel ou pompier volontaire ! », a déclaré le capitaine Barnabé Polonet, le pompier volontaire qui a formé les 27 jeunes écoliers de Dembeni aux premières notions du métier de pompier à raison d’1 heure par semaine pendant 3 ans, dès la 5ème année.ème à celui de 3ème. C’est à l’initiative de ce capitaine lui-même, également professeur dans l’établissement, que cette classe a été créée, grâce à une convention signée entre le Rectorat, le Syndicat Départemental des Sapeurs-Pompiers et le SDIS.

Le Capitaine Barnabé Polonet a formé la première classe de JSP à raison d’une heure par semaine pendant 3 ans

Si cette formation vise à donner le goût à ce métier aux collégiens, elle sert aussi, et peut-être même surtout, à renforcer la notion de citoyenneté chez les jeunes. Elle suit en effet les normes nationales, car, s’il s’agit de la première promotion de JSP (Jeunes Pompiers) à Mayotte, cette formation existe déjà depuis des années dans d’autres départements français. Fier de ses élèves « qu’il voit grandir et progresser depuis 3 ans », le Capitaine Polonet les a félicités pour la réussite de cette première étape, mais il leur a également insisté sur l’importance de « soutenir leurs efforts dans la durée » car ce certificat est « que le début du chemin vers la citoyenneté ».

Les collégiens ravis de leur formation !

3 jeunes diplômés entourés de leur formation et le directeur adjoint Maxime Makoré (à gauche)

La sélection a été rude il y a 3 ans pour déterminer les 28 collégiens qui intégreraient cette première promotion JSP (un seul élève n’a pas obtenu le brevet). Le collège Dembeni a sélectionné environ 600 candidats à la fin de leur 6e annéeème. Il s’agissait d’épreuves sportives (sprint, natation, corde), mais aussi d’épreuves écrites pour déterminer leur niveau en français. Si certains ont passé ces tests sans vraiment savoir à quoi ils aboutissaient à l’origine, ils sont tous repartis ravis de leur formation et avec une appétence pour ce métier dont la plupart ignoraient la nature exacte. « J’ai passé ces tests sans savoir de quoi il s’agissait, simplement parce que c’étaient des choses que je savais faire, mais maintenant, cela me donnait envie de devenir pompier professionnel plus tard ! », nous raconte Hadidja, 15 ans. «Je savais ce que c’était parce que j’avais prodigué les premiers secours en 6ème et j’avais très envie de découvrir le métier de pompier ! », raconte Dhafiati, 14 ans, qui préférerait se tourner plus tard vers les pompiers volontaires.

« Désormais, c’est à ces jeunes de faire les démarches pour rejoindre les pompiers volontaires s’ils le souhaitent. Le SDIS a mis en place un système de tutorat qui leur permet de le faire dès la rentrée prochaine », explique le capitaine Polonet. Ce dernier a également tenu à remercier les sponsors de la formation et notamment Carla Transport Balthus qui « a mis à leur disposition des bus à chaque fois que la classe avait besoin de se déplacer sur le terrain ».

NG

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV L’autoroute 40 toujours partiellement fermée à Trois-Rivières
NEXT Européennes en Haute-Marne : ce qu’il faut retenir