Déclaration finale. Les recommandations adoptées par le Congrès national de l’Institution socialiste des élus municipaux et professionnels visent à redonner de la valeur aux institutions élues

Déclaration finale. Les recommandations adoptées par le Congrès national de l’Institution socialiste des élus municipaux et professionnels visent à redonner de la valeur aux institutions élues
Déclaration finale. Les recommandations adoptées par le Congrès national de l’Institution socialiste des élus municipaux et professionnels visent à redonner de la valeur aux institutions élues

Dans le cadre de la dynamique organisationnelle, territoriale et sectorielle vécue par l’USFP, le Congrès national de l’Institution socialiste des élus municipaux et professionnels s’est tenu les 17 et 18 mai, sous la présidence du Premier secrétaire, Driss Lachguar, sous le thème : « Redonner de la valeur aux institutions élues ».

Cet événement s’inscrit, comme l’a indiqué le Premier secrétaire, dans la dynamique organisationnelle poursuivie par le parti depuis son XIe Congrès National et se présente comme le coup d’envoi du projet de réflexion collective sur les réformes à concevoir dans le système représentatif et la conduite à adopter concernant « la promotion de l’action de notre parti à l’horizon des prochaines échéances ».

L’enjeu essentiel dans la situation actuelle, a souligné Driss Lachguar, consiste à revaloriser les institutions élues afin de relever les défis du développement et de consolider la structure démocratique et institutionnelle du pays.

Cela ne peut être réalisé, a-t-il précisé, qu’à travers la réconciliation des citoyens avec la gestion des affaires locales et publiques.

Le Congrès a adopté à l’unanimité le projet de statut de l’Institution socialiste des élus municipaux et professionnels, ainsi que les rapports des travaux des trois commissions et le texte de la déclaration générale.

Les délégués ont approuvé à l’unanimité une série de recommandations et de propositions visant à redonner de la valeur aux institutions élues, à savoir :

– Exiger la bonne application des dispositions de la Constitution et ouvrir dès maintenant un large débat sur l’ensemble du système électoral pour permettre les réformes nécessaires ;

– Revoir le système électoral, notamment en ce qui concerne le mode de vote, afin de renforcer la proximité dans la représentation des citoyens ;

– Appeler au retour au scrutin uninominal pour les communes et les arrondissements afin de préserver l’unité des villes et la représentation des femmes ;

– Revenir, pour les communes non divisées en arrondissements, au scrutin uninominal qui ne pose aucun problème, tout en renforçant les acquis des femmes ;

– Proposer, pour les communes divisées en arrondissements, que la candidature soit individuelle au niveau des arrondissements, c’est-à-dire au scrutin uninominal, et que la candidature au niveau du conseil municipal se fasse par liste selon la méthode actuelle ;

– Rendre la mise en œuvre directe aux élus, en leur donnant les compétences nécessaires pour exécuter les projets et programmes des conseils élus, au lieu de les remplacer par d’autres organes, conformément à la disposition constitutionnelle qui stipule que les présidents des conseils régionaux et autres conseils territoriaux mener les délibérations et décisions de ces conseils ;

– Nécessité d’élargir et de clarifier les compétences et prérogatives des conseils des collectivités locales et des chambres professionnelles, et de les doter des ressources matérielles et humaines nécessaires ;

– Garantir la contribution effective des Chambres professionnelles au processus de développement en révisant leur cadre législatif et réglementaire ;

– Instaurer la transparence dans le processus électoral lors de la formation des Chambres professionnelles, en appliquant les mêmes dispositions qui régissent les autres élections, afin de produire un texte harmonieux et complet résolvant les différents problèmes juridiques et pratiques ;

– Appeler à un équilibre entre les structures administratives fondées sur le principe de nomination pour représenter l’État et les organes fondés sur le principe d’élection pour représenter les citoyens ;

– Affirmer le renforcement de la représentation des femmes dans les institutions élues, tant au niveau des collectivités locales que des chambres professionnelles, et rendre obligatoire leur présence dans leurs instances sous peine d’annulation.

Bouzinka, 17-18 mai 2024

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV réactions en Loire-Atlantique
NEXT les résultats à Évreux