«On se sent utile dans notre ville»

«On se sent utile dans notre ville»
«On se sent utile dans notre ville»

Ils ne sont pas encore citoyens mais participent déjà à la politique parisienne. En novembre 2023, Paris a lancé l’Assemblée des enfants citoyens, une initiative visant à impliquer les adolescents dans la vie de la ville. Après sept mois de formation à la vie civique, des étudiants de quatre collèges situés dans des quartiers différents ont émis un vœu contenant trois propositions, débattues au Conseil de Paris.

Les collégiens de Grange-aux-Belles (Xe siècle), Lucie-et-Raymond Aubrac (XIe siècle), Guy Flavien (XIIe siècle) et Mallarmé (XVIIe siècle) ont d’abord débattu pour proposer des thématiques qui leur tenaient à cœur. « Les trois sujets qui ont émergé ont été l’environnement, la solidarité et le vivre ensemble », précise Dominique Versini, adjointe à la maire de Paris chargée des droits de l’enfant et de la protection de l’enfance. Après un vote, le thème de l’écologie est sorti vainqueur, incitant les étudiants à y travailler.

La démocratie expliquée aux enfants

Les 107 collégiens, de la sixième à la quatrième, ont suivi dix séances organisées par la mission « Droits de l’enfant », créée en 2020. « Ce sont les enfants, consultés à cette époque, qui ont demandé que leur voix soit entendue », souligne le assistant. Des étudiants de tous horizons sociaux ont pu travailler avec des experts et des associations environnementales.

Lydie, Adam, Déborah, Kahina et Ruben, les cinq porte-parole de la centaine de collégiens, ont partagé ce jeudi les idées de leurs camarades qui réfléchissaient depuis sept mois. Peu déstabilisés par l’opinion publique et les élus, ils ont clairement affiché leur souhait.

Leurs propositions sont simples : une journée de nettoyage de la nature, des journées dédiées au recyclage dans les écoles et la création d’une campagne, sur les réseaux sociaux, pour inciter à manger plus local et de saison en proposant des recettes adaptées.

Le débat a duré une heure. Si quelques piques sont lancées par l’opposition, tous les intervenants saluent l’initiative. « Vous pouvez être la voix d’une jeunesse engagée », vante Catherine Ibled (Ensemble pour Paris). Séverine de Compreignac (Union pour les 6e) émet cependant quelques doutes : « Nous espérons que vos propositions seront respectées. » En réponse, Sylvain Raifaud (Paris en commun), suggère « qu’un groupe d’enfants puisse suivre l’évolution des actions menées. » Dans le stand, les enfants affichent leur joie, en toute discrétion.

Un projet unanime

Après délibération, le souhait est accepté à l’unanimité. Tous les enfants semblent satisfaits à la sortie de la Mairie. « On se sent utile dans notre ville », confie Mohamed, étudiant du collège de l’Aubrac, visiblement très content de la décision finale. « J’ai adoré apprendre la citoyenneté ! Les débats étaient intéressants même si je n’ai pas tout compris », ajoute Marcel, un de ses camarades.

Mais la satisfaction se lit d’autant plus sur les visages des porte-parole, fiers d’avoir pu porter ce projet devant une assemblée. «Je pensais que j’allais être plus stressé», explique Adam, le premier à prendre la parole lors de l’audition. « Mais ce n’est toujours pas facile de parler devant des adultes. En tout cas, c’est vraiment mon moment préféré de ces sept mois. » Un débriefing avec les enfants est prévu mi-juin. L’occasion de passer un dernier moment ensemble autour d’un bon goûter.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV En France, l’éolien flottant soumis aux vents contraires
NEXT Législatif. Le sénateur (DVG) du Maine-et-Loire Grégory Blanc appelle à « un sursaut républicain »