Francis Drouin sauvé par la cavalerie libérale

Francis Drouin sauvé par la cavalerie libérale
Francis Drouin sauvé par la cavalerie libérale

Francis Drouin a été sauvé par une masse critique de collègues libéraux qui se sont joints à la dernière minute à l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF), au sein de laquelle le député franco-ontarien pourra continuer de siéger à titre de président.

La motion a été rejetée lors d’un vote extraordinaire à l’APF jeudi soir, une victoire de M. Drouin rendue possible par un nombre de membres libéraux ayant presque quintuplé, passant d’environ 25 à 112 en l’espace d’une semaine.

« Je crois que le Parti libéral a choisi de sauver le soldat Drouin. […] Je ne vois pas d’autre raison que de gagner un vote», a déclaré le bloquiste René Villemure, deuxième vice-président de l’APF.

Ce qui se passera ensuite est encore inconnu

M. Villemure, qui a initié la motion, a réitéré que M. Drouin doit quitter son poste en raison de sa conduite « indigne » au Comité permanent des langues officielles, « en insultant et en intimidant les témoins ».

Rappelons que l’insulte de M. Drouin visait un chercheur indépendant, Frédéric Lacroix, invité à expliquer comment le surfinancement des établissements postsecondaires anglophones du Québec a contribué à l’anglicisation de nombreux Québécois francophones et allophones.

M. Villemure estime que l’incident a plongé la section canadienne de l’APF dans la « honte ». « Les libéraux ont infiltré l’association. […] C’est une révélation soudaine. Ils se sont tous découvert un intérêt remarquable pour la francophonie», a-t-il ironisé.

Selon une Source libérale qui a suivi le dossier de près, la manœuvre ne provenait pas d’un « ordre » du sommet du parti, mais elle provenait d’un élan de solidarité du caucus libéral envers un député apprécié des siens.

Un départ à venir

Les réjouissances de Francis Drouin seront de courte durée puisque son mandat à la tête de l’APF expire en juillet. Il cédera alors sa place à un élu du Parlement du Cameroun.

L’échec de la motion de jeudi pourrait marquer la fin de cette saga qui anime l’actualité parlementaire depuis plus de deux semaines. Réticent d’emblée à présenter de véritables excuses, Francis Drouin a fait son mea culpa au comité trois jours après avoir insulté les témoins.

Cette affaire a marqué la francophonie canadienne et a donné lieu à des débats sur les relations entre le Québec et les minorités francophones du Canada.

L’APF est un réseau d’élus des parlements répartis dans toute la francophonie qui permet à ses membres de se réunir aux quatre coins de la planète pour tisser des liens.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Une première historique pour l’UBB qui atteint sa première finale du TOP 14
NEXT Les Diables Rouges reviennent sur les rails (0-2)