des étudiants dénoncent un code vestimentaire « sexiste »

des étudiants dénoncent un code vestimentaire « sexiste »
des étudiants dénoncent un code vestimentaire « sexiste »

«Ils nous ont dit mercredi que toutes les filles, dont on voyait les genoux, allaient être renvoyées chez elles. Nous ne trouvons pas cela correct, car ce n’est pas ce qui est écrit dans la réglementation», a déclaré Talie Cloutier.

L’élève de 5e secondaire a décidé d’écrire une lettre à Noovo Info pour dénoncer la situation, qualifiée d’« injustice » par les filles de l’école.

Lors d’une manifestation organisée jeudi devant l’école, les élèves ont pointé du doigt les décisions de la direction, qui mentionne dans un avis aux parents que le short doit être “au niveau des genoux ou légèrement au-dessus des genoux”.

Mais cette réglementation ne s’appliquerait qu’aux filles, déplore Talie. “Les gars n’ont jamais été retirés des cours ni prévenus.”

« C’est dégradant parce que cela nous fait nous sentir inférieurs. Est-ce parce que nos genoux sont trop sexuels ? Les shorts que nous portons en tant qu’étudiants couvrent notre corps de manière respectable et ne laissent rien paraître inapproprié.

Interrogée par Noovo Info, Romy Moïse Éthier a indiqué avoir été suspendue par l’école pour avoir porté le même short que son camarade masculin, Émile Leprohon.

« Je n’ai reçu aucun avertissement. Et le réalisateur a regardé mes genoux pendant cinq bonnes secondes », a-t-il déclaré.

« Le réalisateur nous a dit des choses embarrassantes et humiliantes. Elle nous a dit que si nous avions des shorts aussi courts, nous nous habillerions comme des prostituées», a déclaré Alicia Fortin, qui a été renvoyée chez elle pour avoir porté des shorts.

Depuis la canicule il y a environ une semaine, les techniciennes en éducation spécialisée (TES) du Curé-Antoine-Labelle ont rencontré chaque fille en short individuellement pour juger si elles respectaient le code vestimentaire, confie l’élève de 5e secondaire.

” Elle [une TES] J’ai dit que mes genoux attiraient les garçons. Je ne comprenais pas pourquoi, a expliqué Isabelle Drouin, une autre étudiante. Elle a dit mot pour mot : tes genoux attirent les garçons, tu dois rentrer à la maison.

« Les garçons trouvaient ça stupide, alors tout au long de la journée, ils raccourcissaient leur short et ne se faisaient pas prévenir », ajoute Talie.

“On dit que la réglementation s’applique à tout le monde, mais ce n’est pas le cas.”

-Talie Cloutier, élève de 5e secondaire

Selon les élèves, porter des pantalons à cette période de l’année est tout simplement impossible, alors que l’école ne dispose pas de climatisation. « Certaines classes n’ont même pas de ventilateur. Le système de ventilation ne fonctionne plus très bien », ont-ils déploré.

Les étudiants disent avoir essayé de parler de la situation à la direction, mais sans succès.

Lors de la manifestation, la direction de l’école est sortie de l’établissement. Elle a cependant refusé de nous accorder un entretien et nous a demandé de quitter le terrain. Noovo Info a été redirigé vers le Centre de services scolaire de Laval.

Yves-Michel Volcy, directeur général du Centre de services scolaire de Laval, a soutenu que le code vestimentaire est le même pour tout le monde et qu’il n’est pas genré.

« Nous avons remarqué ces derniers jours qu’il y avait davantage de jeunes filles qui ne respectaient pas le code de conduite. Il y a eu des avertissements verbaux et des communications avec les parents », a-t-il répondu.

Voir le rapport de Marie-Pier Boucher dans la vidéo.

-Avec les informations de Marie-Pier Boucher

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV la Mission Locale Jeunes Rhône Argence propose le 19 juin des « Rencontres Formation et Emploi »
NEXT Le Théâtre La Bordée donne une seconde vie aux costumes