Les libéraux proposent des baisses d’impôts pour un deuxième emploi

(Québec) Un gouvernement libéral proposerait un congé fiscal pour les travailleurs qui ont deux emplois.


Publié à 17h48

Mis à jour à 18h13

Patrice Bergeron

- Canadienne

C’est l’une des propositions qui figurent dans le livre des résolutions du Conseil général du Parti libéral (PLQ), qui se tiendra à Bromont ce week-end.

Ces rencontres du PLQ porteront largement sur l’économie et l’augmentation de la productivité, mais autrement, la course à la direction du parti retiendra une attention officieuse.

Les sondages suggèrent que les libéraux sont encore faibles dans les intentions de vote, particulièrement chez les francophones, mais il y a une résurgence du militantisme, a témoigné le président de la Commission politique nationale du PLQ, André Pratte, en entrevue à - canadienne jeudi.

type="image/webp"> type="image/jpeg">>>

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES -

André Pratte

« Il n’y a pas encore de résultats spectaculaires dans les sondages, mais il y a certainement un climat différent et des gens qui reviennent et des gens qui arrivent pour s’impliquer dans le parti, c’est évident, on l’a vu sur le terrain. »

Congé fiscal

Les libéraux veulent offrir un congé fiscal aux personnes ayant deux emplois pour leur permettre d’affronter « la spirale inflationniste », comme on peut le lire dans leur livre de résolutions.

Ainsi, dans le calcul de l’emploi, les revenus du deuxième emploi ne s’ajouteraient pas aux revenus totaux du premier emploi, pour éviter de pénaliser le salarié qui passerait dans des tranches d’imposition supérieures.

“C’est peut-être une question d’équité fiscale qu’il faut regarder avec attention”, dans une période où “les chiffres montrent qu’il y a de plus en plus de gens qui doivent prendre un deuxième emploi pour y arriver”, a-t-il expliqué.

Cette mesure coûterait 202 millions au Trésor québécois, selon une estimation de l’Institut économique de Montréal citée par le PLQ.

La résolution devra être débattue et adoptée ce week-end avant de faire partie du programme.

Zéro déficit

Entre autres résolutions, un gouvernement libéral proposerait un plan de retour à l’équilibre budgétaire dès la première année de son mandat, soit 2026-2027.

Rappelons que le gouvernement caquiste prévoit un déficit record de 11 milliards cette année, sans présenter de plan de retour à l’équilibre budgétaire, et les libéraux n’ont cessé de l’accuser d’avoir dilapidé les surplus que lui avait laissés le précédent. Gouvernement Couillard.

«C’est une énorme faiblesse en termes de finances publiques, de ne pas avoir un plan qui rassure les investisseurs et les Québécois», a soutenu M. Pratte.

« Tout ce que nous disons, c’est qu’il faut le faire, alors il faut le faire en préservant les services essentiels à la population, notamment en matière de santé et d’éducation. »

Hébergement

Les libéraux veulent également lancer une stratégie nationale sur le logement.

Ainsi, afin d’accélérer la construction de nouvelles unités, le PLQ propose notamment d’invalider la réglementation municipale qui interdit actuellement les formes de « densification douce ». Le parti suggère également de mettre en place un fonds d’infrastructure dédié au logement.

Aussi, les libéraux aspireraient à abolir les barrières interprovinciales dans la mobilité de la main-d’œuvre dans la construction et à étendre la notion de polyvalence dans les métiers, le tout dans le but d’augmenter le rythme de la construction.

Dans un autre registre, le PLQ souhaite annuler la hausse des frais de scolarité pour les étudiants hors Québec établie par le gouvernement caquiste en décembre dernier.

Anciens cuisiniers…

type="image/webp"> type="image/jpeg">>>

PHOTO JOSIE DESMARAIS, -

L’ancien premier ministre Jean Charest

Tous les anciens dirigeants libéraux seront présents au conseil général, après des années difficiles depuis les défaites de 2018 et 2022.

Ainsi, les anciens premiers ministres Daniel Johnson, Jean Charest, Philippe Couillard, l’ancien chef Dominique Anglade, ainsi que les anciens chefs par intérim Jean-Marc Fournier et Pierre Arcand seront honorés par les militants.

“C’est un message d’unité très important, nous ne sommes pas en conflit, nous travaillons ensemble, unis”, a conclu M. Pratte.

« Ce n’est un secret pour personne que le parti a connu des moments plus difficiles. Cela a pu donner l’impression qu’il y avait différents groupes au sein du parti, qui n’avaient pas forcément la même vision. Là, le message est très clair. Le Parti libéral du Québec est uni. »

Et les futurs chefs

type="image/webp"> type="image/jpeg">>>

PHOTO JOSIE DESMARAIS, ARCHIVES -

Denis Coderre

Les militants pourront également discuter de l’identité de leur prochain leader, même si la course à la direction ne débute officiellement que le 13 janvier 2025.

Aucun candidat n’a annoncé vouloir se porter candidat, mais le député Frédéric Beauchemin et l’ancien maire Denis Coderre ont manifesté leur intérêt, tandis qu’un nouveau nom circule et commence à susciter de l’intérêt.

Il s’agit du maire de Victoriaville, Antoine Tardif, qui a déjà fait campagne et travaillé pour les conservateurs fédéraux.

Jeudi, il a affirmé vouloir se concentrer sur son mandat de maire, mais a ajouté qu’il ne fermait pas la porte à un autre palier de gouvernement.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV « Ateliers chorégraphiques pour seniors », quand la danse devient thérapie
NEXT horaires, concerts, lieux… demandez le programme à Rodez