Allégations d’agression sexuelle | Autorisé par le Vatican, le cardinal Lacroix restera en retrait

Allégations d’agression sexuelle | Autorisé par le Vatican, le cardinal Lacroix restera en retrait
Allégations d’agression sexuelle | Autorisé par le Vatican, le cardinal Lacroix restera en retrait

Disculpé à la suite d’une enquête du Vatican sur des allégations d’agression sexuelle contre lui, le cardinal Gérald Cyprien Lacroix a annoncé qu’il ne reprendrait pas les rênes de l’archidiocèse de Québec, du moins pour le moment


Publié à 17h33

Mis à jour à 17h45

« J’ai volontairement choisi de rester discret en poursuivant le retrait temporaire de mon ministère public comme archevêque de Québec. Je réévaluerai ma décision périodiquement», explique-t-il dans une vidéo mise en ligne jeudi.

Le Vatican avait confié à l’ancien juge de la Cour supérieure du Québec, André Denis, la responsabilité d’enquêter sur les allégations d’agression sexuelle formulées contre le cardinal Gérald Cyprien Lacroix. Les faits remontent à 1987-1988. La victime présumée, qui a choisi de rester anonyme, était alors âgée de 17 ans.

Au terme de son enquête, André Denis a remis au pape François un document dans lequel il concluait qu’il ne disposait pas d’éléments suffisants pour justifier la tenue d’un procès canonique. Le Vatican a donc innocenté le cardinal.

Tout en rappelant les conclusions du juge, Gérald Cyprien Lacroix a réitéré son innocence jeudi tout en disant espérer « que la lumière soit faite de manière complète et complète sur les allégations qui me sont reprochées ».

« J’invite également le plaignant à contacter le juge Denis comme il l’a suggéré ou à déposer une plainte pénale contre moi afin qu’un procès en bonne et due forme puisse avoir lieu. La communauté a le droit de savoir si les actes qui me sont reprochés ont eu lieu ou non et je souhaite que mon témoignage soit entendu. »

Le nom du cardinal Lacroix a été retrouvé dans des documents juridiques déposés le 26 janvier dans le cadre d’un recours collectif intenté par des victimes présumées d’agression sexuelle contre l’archidiocèse de Québec.

Le pape demande alors à André Denis d’examiner les allégations portées contre le cardinal, qu’il dément. C’est la première fois dans l’histoire récente de l’Église que le Vatican choisit une personne extérieure au clergé pour mener une telle enquête interne.

En entretien avec -,Me Alain Arsenault, avocat civiliste et représentant du recours collectif, a toutefois soutenu que cette procédure n’aurait « aucune conséquence » sur le procès civil.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Une journée pour en savoir plus sur la lutte contre le cancer à Granville
NEXT Pontarlier. Quelques idées de sorties dans le Haut-Doubs pour le week-end du 1er et 2 juin