il agresse sexuellement sa belle-fille et frappe ses trois enfants avec une cuillère en bois

il agresse sexuellement sa belle-fille et frappe ses trois enfants avec une cuillère en bois
il agresse sexuellement sa belle-fille et frappe ses trois enfants avec une cuillère en bois

Par

Éditorial Essonne

Publié le

23 mai 2024 à 12h35

Voir mon actualité
Suivre Actualités Essonne

Les médecins qui l’ont examiné l’ont décrit comme une personne psychorigide, incapable d’exprimer la moindre émotion. Tout au long de cette audience, ce mercredi 22 mai 2024, le prévenu, Ibrahima K., n’a jamais adressé le moindre regard à ses enfants, qui étaient présents, blottis les uns contre les autres au fond de la salle, pour raconter l’histoire. de l’épreuve que leur père leur a fait subir pendant de nombreuses années. Il a fallu attendre près de deux heures pour que l’avocat du prévenu lui arrache enfin un « désolé », qu’il marmonnait entre ses lèvres.

“Ma mère pensait que je voulais détruire sa relation”

C’est en 2010 que cet ouvrier d’entretien, inconnu de la police, arrive en France pour fuir la guerre civile en Côte d’Ivoire. Il rencontre Maryvonne* qui a déjà eu une petite fille issue d’une précédente union avec un homme plus âgé qu’elle. Ensemble, ils auraient trois autres enfants. Deux filles et un petit garçon qui vont vite devenir son bouc émissairesans que sa mère ne s’en aperçoive.

Maryvonne est une aide-soignante aux horaires impairs. Elle sait que son compagnon a tendance à boire plus que nécessaire, qu’il peut s’emporter. Mais elle n’a aucune idée jusqu’où sa violence peut le mener. Il y a dix ans, elle a eu sa première alerte. Sa fille aînée, encore à l’école primaire, dénonce et porte plainte contre son beau-père pour agression sexuelle avant de se rétracter.

«Ma mère pensait que Je voulais détruire sa relation et je ne voulais pas priver mes frères et sœurs de leur papa alors que je venais de perdre le mien », a modestement avoué cet étudiant de BTS à Antony.

6 ans de prison

Mais 10 ans plus tard, en septembre 2022, la jeune fille sort enfin de son silence. Ce matin-là, dans la maison familiale située à Étampes, son beau-père entra dans sa chambre alors que sa mère dormait encore et essaie de la caresser. Marie*, qui subit ses attaques régulières depuis de nombreuses années, se réfugie dans la cuisine et subit une pluie de coups de la part de son beau-père qui tente de la faire taire. Ses hurlements alertent les voisins. La police d’Étampes est intervenue et a interpellé le compagnon de sa mère.

Face aux enquêteurs, l’aînée de la fratrie décrit ce qu’elle subit depuis de nombreuses années. Toucher incessant, pénétrations numériques qu’elle a longtemps tué pour préserver sa famille. Ses deux sœurs et son petit frère cèdent également. S’ils n’ont pas été abusés sexuellement, ils ont subi des violences régulières de la part de leur père, avec des ceintures, des cuillères en bois, et même des chaussures de sécurité.

“Avec le recul, cela ne méritait pas cela”, a pour le moins concédé l’accusé. Dans sa boîte, l’homme à la barbe grisonnante ne trahissait rien. Il a reconnu la violencemais s’est dédouané de tout abus sexuel envers sa belle-fille, sous le regard ému de la jeune fille.

Vidéos : actuellement sur -

Lors de ses réquisitions, le Ministère Public a pointé les séquelles quasi irréversibles subies par Marie enfermée dans une logique incestueuse en demandant que le prévenu soit condamné à 4 ans de prison. Le tribunal, devant l’incapacité du prévenu à prendre conscience de ses actes, l’a condamné à 6 ans de prison.

*Les prénoms ont été modifiés.

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias préférés en vous abonnant à Mon -.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Un magasin braqué pour la deuxième fois en deux jours à Waterloo
NEXT Tribunal de commerce de Bordeaux : Mission de prévention