Granulés de Bois Hautes-Alpes, le circuit court par excellence

Granulés de Bois Hautes-Alpes, le circuit court par excellence
Granulés de Bois Hautes-Alpes, le circuit court par excellence

Rien ne se perd, tout se transforme. En 2018, l’ancien menuisier salarié Valentin Jeanselme a créé sa propre entreprise de production de granulés de bois dans la zone artisanale des Iscles, à La Roche-des-Arnauds, alors qu’il n’existait qu’une seule unité de production. ce type dans les Hautes-Alpes, dans les Orres (trop petit pour répondre à la demande du département). Un marché s’ouvre pour lui alors que la région Paca compte très peu de producteurs de granulés de bois, mais ils sont très présents en Isère, en Savoie et dans la Drôme.

Il s’installe ensuite dans une ancienne scierie, qui a malheureusement pris feu en 2021. De ce terrible incendie, Valentin Jeanselme a réussi à se relever. Il transformera ce qui était un « petite usine archaïque » en un très bel outil, modernisant ainsi sa chaîne de production en 2022, pour un investissement de 3 M€, en partie subventionné par la Région et l’Etat.

Son entreprise, Les Granulés de Bois des Hautes-Alpes, achète aux scieries du département leurs produits connexes, à savoir leurs sciures et copeaux, fabriqués à partir de résineux poussant dans les forêts locales (pin noir, sapin, mélèze, épicéa), jusqu’à environ 10 000 tonnes par an. « Les produits associés peuvent être valorisés soit en pellets pour poêles et chaudières, soit en bois énergie, à partir de copeaux de bois uniquement, alimentant les réseaux de chaleur », explique le gérant.

La matière passe d’abord dans une sorte d’essoreuse pour éliminer l’humidité (à droite) avant d’être raffinée, puis transformée en granulés (à gauche). (MFS)

Entre 5 000 et 7 000 tonnes fabriquées chaque année

Son entreprise fabrique entre 5 000 et 7 000 tonnes de pellets chaque année. « Nous commençons par sécher la matière que nous achetons, qui arrive très humide, avant de l’affiner, puis de la presser en granulés »résume l’entrepreneur.

Ses sacs de pellets sont distribués dans les Hautes-Alpes et, dans une moindre mesure, dans les Alpes de Haute-Provence, 90% vendus directement aux particuliers, soit sur place, soit livrés chez eux, y compris dans les profondeurs du Queyras. Le reste est confié à deux revendeurs auprès desquels Valentin Jeanselme s’approvisionne en matières premières : une scierie à Embrun et une exploitation forestière à Réotier, près de Guillestre.

Chaque sac de 15 kg est vendu 6€. Un prix très dépendant du coût de l’électricité. La crise énergétique a évidemment eu un impact sur le prix de vente, qui stagne désormais. «Malgré tout, le chauffage aux granulés de bois reste l’énergie au kilowatt la moins chère, ayant moins augmenté que tout le reste», assure le producteur.

Aujourd’hui, l’entreprise emploie trois personnes, une à l’administration et deux à la production. Valentin Jeanselme n’a pas l’intention de s’agrandir. Il entend simplement pérenniser sa structure. “Plus tard, nous pourrons tourner en 3×8 si nécessaire.”

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Pontarlier. Quelques idées de sorties dans le Haut-Doubs pour le week-end du 1er et 2 juin