En Guadeloupe, le couvre-feu pour les mineurs prolongé d’un mois supplémentaire mais adapté

En Guadeloupe, le couvre-feu pour les mineurs prolongé d’un mois supplémentaire mais adapté
En Guadeloupe, le couvre-feu pour les mineurs prolongé d’un mois supplémentaire mais adapté

La préfecture de Guadeloupe a annoncé mercredi la reconduction pour un mois du couvre-feu imposé aux mineurs à Pointe-à-Pitre pour endiguer une flambée de délinquance, excluant cette fois le centre-ville de son champ d’application. .

Appliquée depuis le 22 avril entre 20 heures et 5 heures du matin, cette mesure a été ordonnée par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin pour lutter contre « une délinquance (…) de plus en plus jeune et de plus en plus armée ». « On ne peut pas permettre que des enfants de 12, 13, 14 ans, armés, circulent à 22 heures dans la rue, s’en prennent aux policiers, s’en prennent aux touristes, s’en prennent aux passants », avait déclaré le ministre de l’Intérieur en avril.

Selon le maire EELV de Pointe-à-Pitre, Harry Durimel, qui avait qualifié fin mars sa ville de « coupe-gorge », le taux de mineurs dans la perpétration de délits est passé de 12 % à 38 %, dans un département d’outre-mer. en proie à une criminalité élevée. Après un mois de couvre-feu, la préfecture a constaté une « diminution des mineurs impliqués dans la délinquance » mais a jugé « pertinent » de le prolonger pour assurer la « consolidation de cet effet ».

Une série de mesures visant à renforcer la lutte contre la délinquance accompagne le couvre-feu. Le ministre de l’Intérieur avait ainsi annoncé, en avril, « des opérations nettes de lutte contre la drogue, contre les points de trafic de drogue et la circulation des armes, qui est sans doute le principal problème auquel est confrontée aujourd’hui la Guadeloupe ».

Son extension cible les quartiers de Massabielle, Raspail, Boisneuf, Tour Frebault Henri IV et Assainissement, auxquels s’ajoute celui de Lauricisque, dans la commune de Pointe-à-Pitre et Grand-Camp et Vieux-Bourg dans celle des Abymes, selon à l’arrêté préfectoral. Mais le centre de Pointe-à-Pitre est désormais exclu du champ d’application de l’interdiction. Selon le décret, la police a constaté « une présence familiale de mineurs accompagnés ne causant aucun trouble à l’ordre public ».

Selon la police citée par la préfecture, « aucun délit ou acte criminel n’a été commis par des mineurs dans les lieux et pendant les plages horaires couvertes par l’arrêté ». La police a fait état de « nuits plus calmes », a-t-elle ajouté. Les contrevenants au couvre-feu s’exposent à une amende pouvant aller jusqu’à 750 euros.

Selon la préfecture de Guadeloupe, l’archipel compte « six fois plus d’homicides, neuf fois plus de tentatives d’homicide – dont la moitié par arme à feu – et 20 fois plus de vols à main armée que la moyenne nationale ».

En mars, un commerçant y a été tué lors d’un braquage. Puis des touristes en croisière ont été poignardés par une femme souffrant de troubles psychiatriques.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV décès d’un traileur lors du trail du Haut-Giffre Ultra
NEXT réaction de l’ambassade de Chine au Sénégal