un documentaire rend hommage à Anne et Marcel Baudot, figures de la résistance dans l’Eure

un documentaire rend hommage à Anne et Marcel Baudot, figures de la résistance dans l’Eure
un documentaire rend hommage à Anne et Marcel Baudot, figures de la résistance dans l’Eure

« À la fenêtre de la cuisine, ma grand-mère mettait un torchon blanc ou un torchon rouge. C’était un signal : si le chiffon était rouge, mon grand-père n’avait qu’à s’enfuir”, se souvient Renaud Dillard. Avec son frère Éric et ses cousins, Pascale Dérive et Yves Baudot, les membres de la famille se sont rendus à Évreux dans l’Eure vendredi dernier, suivant les traces de leurs ancêtres lors de la Seconde Guerre mondiale. Ils redécouvrent notamment la bibliothèque, où vivaient leurs grands-parents et où ils passaient leurs vacances en jouant entre les rangées de livres et en grimpant sur les lourdes échelles de bois des étagères.

Qui aurait pu imaginer qu’un lieu de résistance se trouvait à deux pas de la mairie d’Évreux ? C’est pourtant au sous-sol de la bibliothèque du Pavillon Fleuri que nous nous sommes formés au maniement des armes et à la création d’explosifs, tandis qu’à l’étage, Anne, bibliothécaire et archiviste et Marcel Baudot, historien, archiviste et chef de l’armée secrète du département d’Eure, et leurs sept enfants.

Discrets, ils ont longtemps gardé le silence sur leur engagement

Ce jeudi, un documentaire, intitulé “Anne et Marcel Baudot, au nom de l’histoire”, sera diffusé à 22h40 sur France 3. Signé Laurent Sylvestre, le film retrace leurs actions de 1940 à 1944, mais aussi la redécouverte de leur mémoire depuis une dizaine d’années. Elle marque le travail des historiens contemporains qui, à l’approche du 80e anniversaire du Débarquement, “exhument l’histoire et font ce travail de mémoire”, décrit le réalisateur.

Discret, le couple a longtemps gardé le silence sur leur engagement pour la libération de la France, au point que leurs actions ont été oubliées, jusqu’à être récemment mises au grand jour grâce aux documents laissés par les deux archivistes.

Redécouverts en 2017, les cahiers de Marcel Baudot qui tenait un registre des 5 000 membres des Forces françaises de l’intérieur dans l’Eure et les registres des ouvrages pillés par les occupants nazis d’Anne Baudot ont permis d’exhumer la mémoire du couple résistant ébroicien. combattants.

Parmi ces documents, deux trésors pour la mémoire d’Évreux : le journal intime d’Anne Baudot, mais aussi les carnets de Marcel où, sous l’identité du commandant Breteuil, le chef des Forces françaises de l’intérieur (FFI) dans l’Eure a documenté l’identité des 5 000 membres des FFI. « Il a probablement tenu ces registres pour permettre, après la guerre, d’exonérer ou de réhabiliter ces membres », explique François Calame. L’ethnologue et son épouse, Florence Calame-Levert, conservatrice et directrice du musée d’Évreux, ont redécouvert ces carnets en 2017.

Des personnalités communistes sauvées grâce à eux

« Ils ont pris des risques complètement insensés », résume Élodie Bocquet, responsable du service Archives et Patrimoine de la ville d’Évreux. « Si quelqu’un parlait, toute la famille risquerait sa vie », poursuit-elle. En tant qu’agent de liaison, Anne Baudot fut également engagée pour préserver les œuvres afin qu’elles ne soient pas spoliées par les occupants nazis. « Elle a réellement exercé ce que j’appelle le devoir de rébellion : elle n’a pas respecté les codes de sa profession en n’inscrivant pas certains ouvrages dans les registres, comme un manuel carolingien. »

Au fil des pages et des pages, l’archiviste a également documenté la disparition de nombreuses œuvres, ce qui constitue l’un des registres les plus précis pour la recherche des œuvres pillées pendant la guerre. « Elle cachait aussi des listes de noms de personnalités communistes, ça leur sauvait la vie », se souvient François Calame.

“Anne et Marcel Baudot, au nom de l’histoire” de Laurent Sylvestre, à découvrir jeudi 23 mai 2024 à 22h40 sur France 3 Normandie et disponible pendant un mois sur france.tv.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV sports handisport, journées festives et bal organisé inclusif
NEXT Les chefs du marché veulent vous nourrir légalement