La Suisse affronte l’ennemi juré en quarts de finale

La Suisse affronte l’ennemi juré en quarts de finale
La Suisse affronte l’ennemi juré en quarts de finale
Robert Mayer abattu l’année dernière à Riga, l’une des dernières images des traumatisants duels Suisse-Allemagne

ATS

La Suisse affronte l’Allemagne en quarts de finale du Championnat du monde, jeudi à Ostrava (16h20). Et les hommes de Patrick Fischer devront vaincre leur ennemi juré.

Une impression de déjà vu. Déjà écrit. Comme en 2021. Comme en 2023. Quand on dit que la Suisse a un complexe concernant les cousins ​​germains, ce ne sont pas des mots vides de sens. Il faut remonter à 1992 et à un quart de finale de la Coupe du monde… à Prague pour retrouver la moindre trace de la dernière victoire suisse lors d’un match à élimination directe contre les Allemands.

En 2010, la Suisse s’incline 1-0 à Mannheim sur le terrain de la Mannschaft. En 2018, c’était aux JO et un huitième de finale perdu après prolongation (2-1). En 2021 à Riga, c’était aux tirs au but (3-2) et l’année dernière dans la capitale lettone, la Suisse s’était inclinée 3-1.

Pour briser ce plafond de verre comme en 2013 et 2018, la Suisse devra s’appuyer sur les bonnes choses vues lors de la phase de poules. Contre les Tchèques, les Canadiens et les Finlandais, les joueurs de Patrick Fischer ont offert une performance convaincante à 5 contre 5. Les buts de Stransky, Innala et ceux des Maple Leafs ont tous été inscrits en supériorité numérique.

Elle peut aussi compter sur son trio magique composé de Roman Josi, Nico Hischier et Kevin Fiala. Comme on l’a vu, lorsque les trois hommes s’associent en avantage numérique par exemple, cela débouche souvent sur des buts. En cinq matches, Fiala a trouvé le chemin des filets à six reprises. Mais il faudra faire attention aux pénalités, car si le jeu de puissance suisse culmine à 32,2% de réussite, celui des Allemands dépasse les 35%.

L’année dernière, Patrick Fischer avait pris un pari en envoyant Robert Mayer devant les filets à la place de Leonardo Genoni. Le gardien, champion de Suisse avec Genève quelques semaines plus tôt, avait encaissé un but gag en début de match. Cette fois, le gardien zougois a prouvé qu’il n’y avait pas de discussion. Reto Berra est passé à côté face à l’Autriche et Akira Schmid, bien que victorieux face aux Britanniques et aux Finlandais, n’a pas l’expérience du septuple champion de Suisse. Au fond, la Suisse a tout pour bien faire et vaincre enfin l’enseigne allemande.

ats

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Antoinette Gomis, Consultante rupture | France Télé & Vous
NEXT SMIC à 1.600 euros, pouvoir d’achat, retraites, le programme du Nouveau Front Populaire