Renaud, au-delà de la performance

La salle Albert-Rousseau ne pouvait pas être plus pleine pour accueillir Renaud et son spectacle Dans mes cordes. Son entrée sur scène a fait de l’effet. Après une introduction musicale aux sonorités riches, servie par une dizaine de musiciens, le monstre sacré de la chanson française s’est avancé sous de nourris applaudissements.

Comment va le Québec? il a dit après la chanson 100 années, qui a ouvert le spectacle. Renaud était content d’être là. Il l’a souligné d’emblée, avant d’ajouter : Un jour, j’adorerais aussi faire une tournée au Canada.

Ses admirateurs qui chantent avec lui à intervalles réguliers, qui l’applaudissent lorsqu’il dit qu’il n’a pas avalé une goutte d’alcool depuis trois ans, qui battent sauvagement le rythme pendant Marchand de pierrel’attendaient visiblement.

Il faut dire que Renaud revient dans la Capitale nationale après plus de 15 ans d’absence, alors qu’il avait attiré une foule nombreuse et chaleureuse, sur les plaines d’Abraham, lors du Festival d’été de Québec, en 2007. Déjà, à cette époque, on ne pouvait ignorer les problèmes de voix de l’artiste.

Le temps a passé et la voix ne s’est pas améliorée. Ce soir, Renaud chante, en prononçant les mots comme il peut, ou en balbutiant certains mots. Pourtant, une sorte de magie opère lors de ce spectacle. Comment expliquer cela ? Ses musiciens et les arrangements musicaux du spectacle, qui nous entraînent volontiers dans le doux tournoiement des airs du bal musette ou encore quelque part dans la splendeur des paysages irlandais, sont magnifiques. Mais il y a plus. Les témoignages d’amour de ses admirateurs sont éloquents. Déjà, quand ils chantent avec lui, ça marche vraiment.

Une ovation lorsque Renaud est entré en scène à Québec.

Photo : Radio-Canada / Radio-Canada

La résidente de Québec, Mylène Dugal, est une grande admiratrice de Renaud depuis 1984. Cela remonte à ses débuts en sol québécois, en FÉQ. Le public est tombé amoureux de celui qu’elle considère plus comme un poète que comme un chanteur. Renaud a alors chanté avec énergie Morgane de ta part, Chanson pour Pierrot, Mon copain…en portant sa tenue désormais mythique : bandana rouge et perfecto.

S’arrêter aux textes et vraiment les lire et en prendre conscience, c’est lui qui me l’a permis car ses textes sont en fait des poèmes mis en chansons.souligne Mylène Dugal.

La voix de Renaud, devenue rauque, ne la dérange pas, à première vue, car, ajoute-t-elle : On vient vivre un instant, et quelque part, c’est un au revoir qu’on se dit.

>>>>

Ouvrir en mode plein écran

Sébastien Auger, du Québec, est un fan inconditionnel de Renaud.

Photo : Radio-Canada / Valérie Cloutier

Pour Sébastien Auger : Si on va voir le Renaud de ces dernières années, ce n’est pas pour la performance vocale. C’est une rencontre avec l’homme, l’auteur-compositeur-interprète qui est, à mon sens, parmi le top, le top, le top de la francophonie et de tous les temps, pourrais-je dire. Je connais ses chansons par cœur. Nous ne venons pas recevoir ce soir. Je pense que nous venons donner un peu d’amour à ce type.

Sébastien Auger a apporté un livre souvenir et un crayon. Il rêve de rencontrer l’artiste depuis des années : Bien sûr, j’adorerais ça. Juste un mot, un regard dans les yeux, ça ferait du bonheur, c’est sûr.

>>>>

Ouvrir en mode plein écran

Un groupe d’admirateurs de Renaud, de la grande région de Québec. «On va chanter à sa place», soulignent-ils avant le spectacle.

Photo : Radio-Canada / Radio-Canada

De son côté, Arthur a voyagé de la Belgique au Québec pour assister à quatre représentations dans la belle province.

Il a toujours été mon idole et je suis un admirateur depuis plus de 40 ans. Me voilà en train de faire mon 25ème concert de la tournée et mon 105ème concert au total. J’ai fait le déplacement car pour moi, ce n’est pas loin. Pour moi, cela n’a pas changé. Il n’a pas vieilli. Quand on aime quelqu’un, on l’aime pour le meilleur et pour le pire.

>>Un fan de Renaud dans le hall de la salle Albert-Rousseau.>>

Ouvrir en mode plein écran

Arthur, de Bruxelles.

Photo : Radio-Canada / Valérie Cloutier

Renaud a proposé un spectacle de 2 heures, revisitant 25 chansons, dont Germaine qui a vraiment égayé le public, Morgane de ta part chanté en grande partie avec ses admirateurs, et l’essentiel Dès que le vent souffle.

Dès sa sortie, les retours ont été très positifs.

Pour moi, Renaud est le plus grand des grands. Je suis toujours super émotif. J’ai pleuré tout le temps. Donc c’était parfaitsouligne Noémie Fortier.

On voit dans la foule l’ancien directeur de la programmation du Festival d’été de Québec, Jean Beauchesne : C’est très bien. C’est un spectacle extrêmement bien conçu. Cela a bien tenu, du début à la fin. Et il nous dit même qu’il va faire un nouvel album, donc il est toujours là.

Très belle soirée, c’est une chanteuse qui a bercé mon enfance. C’était émouvant. J’ai pleuré et je garderai de bons souvenirssouligne Nans Bonnard, originaire de Lyon.

>>Applaudissements à la fin du spectacle>>

Ouvrir en mode plein écran

Les applaudissements à la fin du spectacle « Dans mes cordes ».

Photo : Radio-Canada

Cette tournée, débutée en France début 2023, compte désormais plus de 100 représentations. Un album éponyme de cette tournée est depuis sorti. Le célèbre auteur-compositeur et interprète de Gagnant Mistral Il reprend plusieurs des grands succès de sa carrière avec l’élocution laborieuse qui est désormais la sienne.

Pour ma part, je pourrai désormais écouter cet album, car il me rappellera ce spectacle inoubliable du 21 mai 2024, à Québec. Renaud était en forme, sachant diriger la foule, et c’était très sympa !

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Maria Schneider, le destin tragique de l’actrice du Dernier Tango à Paris
NEXT Lauriers pour les écoliers