Grève dans les transports scolaires : reprise des négociations

Grève dans les transports scolaires : reprise des négociations
Grève dans les transports scolaires : reprise des négociations

Jusqu’au 18 juin, 2 000 élèves pourraient être privés d’autobus scolaires en raison d’une grève des chauffeurs… À moins que la rencontre prévue mercredi matin entre Autobus Camille Mailloux RDL et le syndicat des transports de la région du Grand-Portage, ne porte ses fruits.

Depuis ce mercredi matin, ces élèves des centres de services scolaires Kamouraska-Rivière-du-Loup et Fleuve-et-des-Lacs sont privés de transport scolaire.

Dans une interview accordée à l’émission Réveil Mardi matin, le président du syndicat, Martin Plourde, estimait que l’employeur n’était pas prêt à céder aux revendications de ses membres à court terme. Leurs revendications portent principalement sur de meilleurs salaires.

C’est le seul moyen de pression dont nous disposons. Nous n’avons pas le choix. Je ne vois pas quels autres moyens de pression nous pourrions utiliser.

Une citation de Martin Plourde, président du syndicat des transports de la région Grand-Portage-CSN

Ouvrir en mode plein écran

Le président du syndicat des transports de la région Grand-Portage-CSN, Martin Plourde

Photo : Radio-Canada / Fabienne Tercaefs

Une première grève d’une semaine a eu lieu en avril pour les mêmes revendications salariales. La convention collective des chauffeurs d’autobus a expiré en juin 2023.

Un chauffeur d’autobus scolaire au Québec gagne en moyenne près de 25 000 $ par année.

Le syndicat annonce déjà son intention de poursuivre la grève à la rentrée si aucun accord n’est trouvé avant l’été.

Système D et compréhension

Près de l’école Joly et de l’école secondaire Rivière-du-Loup mardi après-midi, parents et grands-parents parlent de leur organisation pour les prochaines semaines. Nous nous organisons entre parents. J’habite Saint-Épiphane, le matin, ce sera l’autre maman qui voyagera et le soir, ce sera moi. Nous avons conclu un accordexplique Marie-Noëlle Belzile, dont les enfants sont au collège.

Autre famille, autre organisation : lorsque les parents ont des horaires de travail plus compliqués, les grands-parents sont appelés à contribuer. Ce sont des retraités comme moi qui seront surpris à les diriger, les uns après les autres. J’en ai un à 7h30 et le deuxième à 8h et certains…détaille Réginald Dumont.

Contrairement au mouvement d’avril, la grève de mai prochain devrait être plus longue et l’organisation des familles devra tenir le coup. je ne serai pas capable [de tenir un mois]Moi aussi j’ai des activités !rigole Réginald Dumont avec un sourire. Bien sûr, nous essaierons d’arranger les choses car nous n’aurons pas le choixil ajoute.

Mesures compensatoires pour les parents

Le Centre de services scolaire Kamouraska-Rivière-du-Loup souligne que des mesures de soutien aux parents ont été mises en place dès le début de la grève. Au primaire, les enfants qui ne fréquentent pas habituellement la garderie y ont un accès exceptionnel durant cette période. Des compensations financières seront également proposées aux parents qui transportent leurs enfants pendant la durée de la grève.expliquer les responsables.

Le covoiturage est également encouragé et des mesures de sécurité pour assurer la bonne circulation des véhicules sont prévues aux abords des établissements scolaires.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Pour son centenaire, l’AS Monaco omnisport a organisé une grande fête sportive sur le Port Hercule
NEXT l’abattage rituel sera conservé en cas de victoire du RN, promet Chenu