un phénomène inquiétant au Sénégal

un phénomène inquiétant au Sénégal
un phénomène inquiétant au Sénégal
Une nouvelle tendance fait des ravages chez les jeunes hommes : l’application de baumes à base de produits décapants sur leur gland pour obtenir une couleur plus rosée. Cette pratique, popularisée sous le nom de « lèvres roses », est extrêmement dangereuse et entraîne de graves conséquences médicales.

Sur TikTok, les vidéos alertant sur ce phénomène se multiplient. Un jeune homme explique cette pratique, image à l’appui. Dans une vidéo devenue virale, il prévient : « Au Sénégal, il y a des hommes qui appliquent des baumes dits « à lèvres roses » non pas sur leurs lèvres, mais sur leur gland afin d’avoir une couleur beaucoup plus rose. Quel est le but d’une telle pratique ? Insouciance ou impolitesse, mais les conséquences sont dévastatrices. » Il prévient ensuite que ces hommes développent des infections et risquent de contracter des cancers génitaux, qui pourraient détruire leur vie.

Pour comprendre la composition de ces baumes vendus 1000 francs CFA dans les magasins de cosmétiques, Omar Seydou Sow, dermatologue à l’hôpital de Keur Massar, a affirmé que les produits dépigmentants peuvent contenir des substances dangereuses comme le mercure, les corticoïdes topiques ou l’hydroquinone. « Ces éléments peuvent entraîner des complications infectieuses bactériennes, mycotiques ou virales », explique-t-il. Les infections bactériennes affaiblissent l’immunité locale, permettant aux microbes de coloniser les glandes situées le long de l’urètre masculin. Les infections mycotiques, provoquées par des champignons, et les infections virales comme l’herpès, constituent également des risques majeurs.

Selon L’Observateur, les complications ne s’arrêtent pas là. Les baumes à lèvres roses peuvent provoquer une atrophie locale, diminuant la taille et la fermeté du pénis et affectant la sexualité des hommes. Plus inquiétant encore, leur utilisation à proximité des testicules peut entraîner une atrophie testiculaire et des déséquilibres hormonaux, réduisant les hormones virilisantes et provoquant l’impuissance.

Abdoulaye Ndiath, urologue, est catégorique : « Aucun produit ne doit être appliqué sur le gland, encore moins un produit à base d’éléments décapants. » Il souligne que ces baumes augmentent le risque d’infections urinaires et urogénitales du fait de la proximité du méat urétral. De plus, la sensibilité du gland peut être réduite, affectant ainsi la libido des utilisateurs.

Les dangers ne concernent pas uniquement les utilisateurs. En cas de rapports sexuels non protégés, les infections peuvent être transmises aux partenaires, augmentant ainsi le risque de propagation de maladies urogénitales. La pratique consistant à appliquer des baumes à lèvres roses sur les organes génitaux masculins est une tendance alarmante aux conséquences potentiellement dévastatrices.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV L’image des chauffeurs de bus ternie par des dossiers incomplets, déplore leur syndicat
NEXT L’Université Laval redevient la première université francophone