Conseil général du PLQ

À la veille d’une course à la direction décisive pour le Parti libéral du Québec (PLQ), qui élira son prochain chef en juin 2025, les libéraux et leurs anciens chefs – dont l’ancien premier ministre Jean Charest – rendront hommage samedi chez Philippe Couillard. M. Couillard a été le dernier à porter les libéraux au pouvoir avant de subir une cuisante défaite électorale au terme d’un mandat marqué par des compressions budgétaires, en 2018. Réunis en conseil général à Bromont, les militants du parti débattront de l’économie dans l’espoir de faire l’amélioration de la « productivité », un projet tout aussi marquant dans l’histoire économique du Québec que l’étaient les grands projets énergétiques de Manic ou de la Baie James.


Publié à 1h33

Mis à jour à 5h00

Le retour des anciens dirigeants

Lors du conseil général en Estrie, les 25 et 26 mai, le PLQ s’attend à ce que des centaines de partisans applaudissent et célèbrent le mandat de gouvernement de l’ancien premier ministre Philippe Couillard. Pour l’occasion, « tous les anciens dirigeants et chefs intérimaires » des dernières décennies seront présents à Bromont, dont celle qui a dirigé le parti lors de la dernière campagne électorale, Dominique Anglade, ainsi que les anciens premiers ministres Jean Charest et Daniel Johnson. , ainsi que les anciens chefs par intérim Jean-Marc Fournier et Pierre Arcand.

type="image/webp"> type="image/jpeg">>>

PHOTO JOSIE DESMARAIS, ARCHIVES -

Jean Charest, ancien premier ministre du Québec de 2003 à 2012

Pour les libéraux, la présence au même endroit de leurs plus récents chefs est l’occasion d’afficher une image d’unité, alors que le plus récent sondage de la firme Léger observe une légère hausse des intentions de vote, bien que toujours située dans la marge d’erreur. . Au cours du week-end, les militants du parti débattront de l’économie afin d’adopter une résolution-cadre qui vise à devenir « un nouveau plan économique global » pour le Québec.

Travailler mieux plutôt que travailler plus

Président de la Commission politique nationale du parti, l’ancien sénateur et ancien chroniqueur André Pratte prévient que le Québec risque de s’appauvrir s’il n’augmente pas rapidement sa productivité. «C’est le défi du Québec avec un grand D pour les prochaines décennies. C’est la seule façon de continuer à accroître la richesse et les revenus des Québécois afin de payer les services publics dont les coûts augmentent chaque année. Nous devons veiller à ce que pour chaque heure travaillée, nous produisions davantage », dit-il.

type="image/webp"> type="image/jpeg">>>

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES -

André Pratte, président de la commission politique nationale du PLQ

Or, avec ce débat qu’ils relancent, les libéraux ne veulent pas que les Québécois comprennent qu’ils ne travaillent pas assez. « Le débat sur la productivité a mal démarré ces dernières années. La productivité n’a rien à voir avec le fait que les gens travaillent dur ou pas assez. […] Les Québécois travaillent aussi fort et aussi bien que les gens les plus avancés, mais les entreprises ne disposent pas des équipements et des technologies les plus modernes », affirme M. Pratte. Dans ce contexte, les libéraux proposent de fixer un objectif de dépenses en recherche et développement, « par exemple 3 % du PIB », alors qu’elles ne sont actuellement que de 2,3 %.

La crise du logement d’un point de vue économique

La commission politique présidée par André Pratte propose également aux militants libéraux d’adopter une résolution qui engage le parti à approuver une « stratégie nationale du logement 2030 » afin de lutter contre la hausse du coût du logement qui provoque une crise du logement. En matière de construction, par exemple, les libéraux proposent d’étendre la polyvalence des métiers à un plus grand nombre de travailleurs, mais aussi d’abolir les barrières provinciales à la mobilité pour les métiers et les professions. Si elle est adoptée, la résolution appelle également un gouvernement libéral à créer un nouveau programme de travailleurs étrangers temporaires, dont le nombre a explosé ces dernières années mais qui serait ciblé sur l’industrie de la construction.

Plusieurs autres thèmes économiques jalonnent le cahier de propositions qui a été envoyé aux adhérents du parti. Ainsi, les militants sont appelés à soutenir des idées telles que la révision des règles fiscales pour les travailleurs ayant deux emplois, afin de « réinitialiser le calcul de l’impôt sur le revenu pour un deuxième emploi », et l’annulation de l’augmentation des frais de scolarité décrétée pour les étudiants universitaires. hors Québec.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV le Rassemblement national présente 4 candidats en Indre-et-Loire
NEXT Pontarlier. Quelques idées de sorties dans le Haut-Doubs pour le week-end du 1er et 2 juin