«C’est un raz-de-marée», s’alarme l’addictologue isérois Olivier Jenny

«C’est un raz-de-marée», s’alarme l’addictologue isérois Olivier Jenny
«C’est un raz-de-marée», s’alarme l’addictologue isérois Olivier Jenny

Tabac, alcool, médicaments ou autres… Les addictions en tout genre ont fortement augmenté ces dernières années, depuis le Covid notamment. Quoi qu’il en soit, les appels à l’aide se multiplient et les professionnels ont du mal à suivre. “C’est un raz-de-marée», prévient France Bleu Isère Olivier Jenny, responsable du carrefour addictologie au centre hospitalier des Alpes-Isère.

Nous sommes débordés, il suffit d’appeler pour se rendre compte qu’il y a désormais des listes d’attente. Ce n’était absolument pas le cas il y a quatre ans“, explique l’addictologue. “Lorsque vous faites appel à mes services pour une hospitalisation, il y a environ un mois d’attente, mais dans les centres ambulatoires, le Csapa (Centre de soins et d’accompagnement, de prévention en addiction) cela peut être beaucoup plus long : 6-8 mois voire un an. pour un des centres de l’Isère, c’est fou !« .

Alors, quand faut-il s’inquiéter d’un proche tenté par l’addiction ? “Les parents doivent particulièrement s’inquiéter lorsque le jeune commence à avoir moins d’activités, à s’isoler, à avoir de moins bons résultats scolaires, etc.», explique Olivier Jenny. “Il faut réagir sans être moralisateur, pas sous forme de punition. C’est ce qu’on appelle la « pédagogie noire », on sait qu’aujourd’hui ça ne marche pas, ça casse le dialogue et le soutien« .

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Premières cyberattaques avant le sommet du Bürgenstock
NEXT “Dans les années 1970, on disait que le meilleur médecin du Tessin était le train pour Zurich” – rts.ch – .