l’ambassade de Hongrie commémore les juifs déportés – Portail catholique suisse

l’ambassade de Hongrie commémore les juifs déportés – Portail catholique suisse
l’ambassade de Hongrie commémore les juifs déportés – Portail catholique suisse

L’ambassade de Hongrie en Suisse, la Fondation Gamaraal, a organisé à Berne un événement commémoratif à l’occasion du 80e anniversaire des déportations des Juifs de Hongrie, comprenant une exposition sur les réfugiés accueillis en Suisse.

L’événement commémoratif a eu lieu le 15 mai 2024 au Centre Yehudi Menuhin à Berne. L’événement a été marqué par la présence de survivants de la Shoah, rapporte la Fondation Gamaraal, qui entretient la mémoire des déportés en Suisse.

Un témoignage personnel d’Agnès Hirschi, une survivante de l’Holocauste, a été lu. Les invités ont pu découvrir l’impressionnante exposition intitulée «Les derniers survivants de la Shoah qui ont trouvé un nouveau foyer en Suisse».

Le sauvetage des Juifs entre la Hongrie et la Suisse

Durant la Seconde Guerre mondiale, certains épisodes marquants du sauvetage des Juifs ont eu lieu entre la Hongrie et la Suisse. En 1944, la situation des Juifs en Hongrie était devenue extrêmement périlleuse, à la suite de l’invasion nazie du pays en mars. Les déportations massives vers les camps de concentration et d’extermination ont commencé presque immédiatement. Entre mai et juillet 1944, environ 437 000 Juifs hongrois furent déportés, principalement à Auschwitz-Birkenau, dans le sud de la Pologne.

Face à cette situation désespérée, plusieurs diplomates et organisations humanitaires sont intervenus pour tenter de sauver le plus de vies possible. Parmi eux, Carl Lutz, vice-consul de Suisse à Budapest, a joué un rôle crucial. Il a utilisé une stratégie audacieuse pour protéger les Juifs hongrois, en leur délivrant des « Schutzbriefe » (lettres de protection) et en plaçant les maisons sous la protection de la légation suisse, où des milliers de Juifs ont pu trouver refuge.

L’attitude ambivalente de la Suisse

Un autre épisode important est lié à l’action de Rezsö Kasztner, avocat juif hongrois et membre du Comité d’aide et de sauvetage. Il a négocié avec les nazis la libération des Juifs en échange d’argent et d’autres biens. Les négociations aboutirent à ce que l’on appelle le « train Kasztner », qui transporta 1 684 Juifs de Budapest vers la Suisse, qui arrivèrent à la frontière en décembre 1944.

Les réfugiés arrivant sur le territoire suisse étaient initialement hébergés dans des camps de réfugiés et des internats. La Suisse, qui a maintenu une politique de neutralité pendant la guerre, a adopté une attitude ambivalente à l’égard des réfugiés juifs. Si certains ont été accueillis et pris en charge, d’autres ont été refoulés aux frontières. (cath.ch/com/arch/rz)

© Centre Média Catholique Cath-Info, 22.05.2024

Les droits sur tout le contenu de ce site sont enregistrés auprès de Cath-Info. Toute diffusion de texte, de son ou d’image sur quelque support que ce soit est payante. L’enregistrement sur d’autres bases de données est interdit.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV dans le Nord et le Pas-de-Calais, les investitures de la majorité sont difficiles à suivre
NEXT Le retour du loup en Entre-Sambre-et-Meuse ? – .