punaises de lit étroitement surveillées en Île-de-France, avant et pendant la compétition

punaises de lit étroitement surveillées en Île-de-France, avant et pendant la compétition
punaises de lit étroitement surveillées en Île-de-France, avant et pendant la compétition

Evitez à tout prix le « bad buzz » lors des JO. Dans le sillage d’une vague de prolifération de punaises de lit en France relayée jusque dans - internationale à l’automne dernier – « Paris, Ville Lumière ou Ville de Morsures ? », s’est moqué le quotidien américain New York Times – de nombreux hôtels franciliens ont fait appel à des sociétés de détection canine pour ces nuisibles de la taille d’un pépin de pomme et qui se cachent dans les matelas, les vêtements et les valises.

“Ils ne veulent pas du tout de bad buzz avec la photo de la punaise de lit sur TripAdvisor, donc ils demandent une visite préventive supplémentaire”, expliquait au Parisien en janvier, Sébastien Pizzocaro, président du Syndicat des experts en détection canine de punaises. D’autant que l’été arrive et avec lui l’événement le plus regardé au monde : les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024. A deux mois de la compétition, une surveillance accrue vient également de commencer, sous l’égide du réseau Sentinelles.

Les cas de piqûres – les punaises de lit ne transmettent pas de maladies – seront ainsi scrutés quotidiennement par la Direction générale de la santé avec le réseau des médecins généralistes et pédiatres de ville lanceurs d’alerte « Sentinelles », indique France Bleu Paris. « On peut imaginer qu’avec ce flux de personnes – 15 millions de visiteurs sont attendus – il puisse y avoir des punaises de lit dans les valises de chacun », explique Thierry Blanchon, co-responsable du réseau Sentinelles, chez nos confrères. Cette surveillance, au jour le jour, permettra d’agir rapidement si les infestations augmentent et se poursuivra jusqu’après les Jeux Paralympiques.

La découverte de ces insectes – dont les piqûres peuvent provoquer des démangeaisons – dans plusieurs lieux publics de la capitale (cinémas, écoles, transports en commun) avait créé un effet psychotique à Paris. D’où la volonté des établissements hôteliers de détecter précocement toute éventuelle infestation dans leurs chambres et, si nécessaire, d’initier des traitements d’éradication.

Fin septembre, la mairie de Paris a adressé un courrier au gouvernement afin d’agir au plus vite face à ce fléau et à ce « problème de santé publique ». “L’État doit de toute urgence rassembler tous les acteurs concernés afin de déployer un plan d’action à la hauteur de ce fléau alors que la France entière se prépare à accueillir les Jeux olympiques et paralympiques en 2024”, a écrit Emmanuel Grégoire, premier adjoint (PS) d’Anne. Hidalgo dans sa lettre à l’ancienne Première ministre Élisabeth Borne.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV «Il ne sait pas qu’il me l’a donné» – .
NEXT le champion Timo Leonetti décède lors des championnats de France à seulement 22 ans