IDFM mise sur ces nouveaux écrans RATP pour faire revenir les voyageurs dans ses bus à Paris et en Île-de-France

IDFM mise sur ces nouveaux écrans RATP pour faire revenir les voyageurs dans ses bus à Paris et en Île-de-France
IDFM mise sur ces nouveaux écrans RATP pour faire revenir les voyageurs dans ses bus à Paris et en Île-de-France

Par

Émilie Salabelle

Publié le

21 mai 2024 à 19h22

Voir mon actualité
Suivez l’actualité parisienne

C’est un des points noirs quand on veut prendre le bus à Paris : le manque d’information aux arrêts décourage de nombreux usagers pressés d’utiliser ce mode de transport, jugé peu fiable. Vieillissants et obsolètes, les bornes d’affichage seront donc progressivement remplacées par de nouveaux panneaux d’information plus modernes, a expliqué David Belliard, adjoint d’Anne Hidalgo en charge des transports, lors du Conseil de Paris du mardi 21 mai 2024.

« Des dysfonctionnements trop gros »

Technologie obsolète, panneaux incompatibles avec le mobilier urbain, approvisionnement énergétique insuffisant… L’information voyageurs dans les bus parisiens « souffre aujourd’hui de trop de dysfonctionnements », diagnostique David Belliard. “J’ai pu m’entretenir récemment avec le président de la RATP Jean Castex”, a-t-il ajouté, déplorant “le trop grand nombre de bornes qui n’affichent rien ou des informations fragmentaires. »

« Or, nous savons qu’arriver à un arrêt sans disposer d’informations cruciales sur votre temps d’attente est l’une des raisons pour lesquelles le bus est abandonné», a-t-il ajouté, alors que ce transport affichait une baisse de fréquentation entre 2010 et 2022.

9 000 nouveaux écrans d’ici 2032

Après avoir rendu le réseau de bus accessible aux personnes à mobilité réduite, c’est désormais au tour des bornes d’information d’être repensées. Les 10 000 écrans présents dans les abribus franciliens seront progressivement remplacés par la RATP, qui prévoit d’en installer au total 9 000 entre 2025 et 2032.

A Paris, 60 bornes seront remplacées prochainement. Les nouvelles versions seront clairement moins énergivore. « Pour une borne connectée en permanence au secteur qui consommait près de 3 600 W par jour, on va passer à un système de batterie qui ne nécessitera que 800 W », explique le député.

En plus du temps d’attente classique avant le prochain bus et celui d’après, les terminaux informeront également les voyageurs des foule à bord l’approche des bus et les messages d’informations routières.

Ce programme de renouvellement souhaité par le président d’Île-de-France Mobilités, Valérie Pécresse, est donc adoptée lors du Conseil de Paris qui a voté la signature d’un accord tripartite entre la Ville, la RATP et la Sopact, filiale de JC Decaux en charge des abribus de la capitale.

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias préférés en vous abonnant à Mon -.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Une bouffée d’air frais pour le « Goorgoorlou », Par Birame Khary Ndaw
NEXT Pontarlier. Quelques idées de sorties dans le Haut-Doubs pour le week-end du 1er et 2 juin