« Les représailles peuvent être indirectes… » Que risque la France si l’une de ses bombes atteint la Russie ? – .

« Les représailles peuvent être indirectes… » Que risque la France si l’une de ses bombes atteint la Russie ? – .
« Les représailles peuvent être indirectes… » Que risque la France si l’une de ses bombes atteint la Russie ? – .

l’essentiel
La Russie a accusé l’Ukraine de l’avoir attaqué avec des bombes guidées françaises Hammer dans la région russe de Belgorod. Avons-nous des preuves de ces allégations ? Quelles conséquences cela pourrait-il avoir sur la France ? Entretien.

Le général Jean-Claude Allard est expert en politique de défense et de sécurité à l’Institut des relations internationales et stratégiques (Iris).

Ce samedi 18 mai, la Russie a accusé le régime de Kiev de l’avoir attaqué avec des bombes guidées françaises Hammer. En avons-nous la preuve ?

Jean-Claude Allard : Notre ministère de la Défense a nié, à sa connaissance, l’utilisation de bombes françaises pour atteindre le territoire russe. En effet, les conditions imposées à l’Ukraine pour la fourniture de ces armes ne prévoient pas une telle utilisation. Et je pense que l’armée française suppose que les Ukrainiens ont respecté ces conditions. Il faut cependant reconnaître que nous ne contrôlons pas forcément la manière dont l’Ukraine s’organise pour accomplir une mission sur le territoire russe…

Lire aussi :
REJOUER. Guerre en Ukraine : Kiev a obtenu des « résultats tangibles », selon Zelensky, la situation reste « difficile » autour de Kharkiv

Ces conditions nous permettent-elles de ne pas être considérés comme des belligérants ?

Oui, car la Russie peut exploiter l’usage des armes occidentales contre son armée ou ses installations, sur son propre territoire, comme argument pour accroître les tensions. Cela lui permet de formuler des menaces de représailles, ce qui constitue la grande crainte des Occidentaux. C’est pourquoi, jusqu’à présent, aucun avion ni aucune arme à longue portée n’ont été livrés.

Quelles pourraient être les conséquences de cet épisode pour la France ?

Tout d’abord, je ne pense pas que l’usage de bombes françaises ou occidentales sur le territoire russe entraînera une intensification du conflit, ni des représailles armées de la part de la Russie. Mais les représailles peuvent se manifester indirectement par des cyberattaques, de la désinformation ou du contournement, autrement dit par des stratégies militaires indirectes. Nous en avons déjà payé le prix : depuis le début de la guerre en Ukraine, la France a été chassée du Niger, du Mali ou de la Centrafrique… par les Russes.

Pensez-vous que les armes occidentales finiront par être utilisées contre la Russie sur son propre territoire ?

Vous savez, quand Emmanuel Macron propose d’envoyer des troupes terrestres en Ukraine, c’est bien plus grave, en termes d’engagement dans la guerre, que de voir nos armes détruire un dépôt de carburant russe… Les choses pourraient en effet bientôt changer. Le président américain a annoncé qu’il autoriserait la livraison à l’Ukraine de missiles ATACMS d’une portée de 170 et 300 kilomètres. À cette distance, partout où l’on se trouve sur le territoire sous contrôle ukrainien, on pourra atteindre la Russie.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Un festival d’art ludique à Salon-de-Provence les 22 et 23 juin
NEXT Malgré les averses, le Festival d’Eau Cap n’a pas échoué