des étudiants ont sorti l’UNIGE du silence

des étudiants ont sorti l’UNIGE du silence
des étudiants ont sorti l’UNIGE du silence

Les étudiants ont sorti l’Université de son silence

Publié aujourd’hui à 6h43

Hier, les étudiants ont organisé un nouveau sit-in à Uni Mail, une semaine après son évacuation. Car la position du rectorat sur le conflit à Gaza ne satisfait pas leurs revendications.

Ils ont notamment exigé la suspension des partenariats avec les universités israéliennes.

Le rectorat estime être allé aussi loin que le permet la neutralité d’une université. Ainsi, il soutient les appels à un cessez-le-feu lancés par des organisations neutres, sans pour autant en appeler lui-même.

Malgré ces réticences, la neutralité nous empêche-t-elle de prendre directement parti pour le droit humanitaire ? –, les étudiants peuvent prétendre avoir brisé le silence des autorités académiques.

Ils ont également obtenu leur engagement à accueillir des étudiants et chercheurs palestiniens. L’UNIGE promet toujours de la transparence sur ses partenariats avec Israël – de quoi vérifier s’ils alimentent le conflit.

Autre réussite : cette jeunesse a tenu bon sur le précieux droit de manifester, qui ne fait que s’user si on ne l’utilise pas. Elle a ainsi exprimé haut et fort l’indignation suscitée, bien au-delà des amphithéâtres, par le massacre de dizaines de milliers de civils.

Le rectorat a de son côté rappelé l’indispensable solidarité envers les otages et souligné l’ambiguïté d’un slogan clivant – « du fleuve à la mer » – brandi tour à tour par le Hamas, le Likoud israélien ou les pacifistes.

Alors que les chefs de guerre radicaux des deux côtés du conflit sont harcelés par la justice internationale, c’est du côté de la paix et de l’humanité que nos universités – et nos autorités politiques – doivent choisir.

Car, sans perspectives politiques sur le conflit, évacuer les amphithéâtres n’évacuera pas la colère et l’indignation.

Bulletin

« La Tribune des Opinions »

Avec la Tribune des Opinions, retrouvez analyses, éditoriaux, lettres de lecteurs, avis d’experts… Autant d’éléments pour vous faire votre propre opinion chaque lundi.

Ouvrir une session

Rachad Armanios est journaliste à la rubrique Genève depuis août 2022 et couvre notamment la politique cantonale.Plus d’informations

Avez-vous trouvé une erreur ? Merci de nous le signaler.

0 commentaire

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Taux, l’écart se creuse avec l’Allemagne
NEXT Pontarlier. Quelques idées de sorties dans le Haut-Doubs pour le week-end du 1er et 2 juin