« Avec l’article 6 de l’Accord de Paris, le Sénégal peut mettre en œuvre des projets d’envergure sur le marché du carbone », affirme Madeleine Diouf Sarr – VivAfrik

« Avec l’article 6 de l’Accord de Paris, le Sénégal peut mettre en œuvre des projets d’envergure sur le marché du carbone », affirme Madeleine Diouf Sarr – VivAfrik
« Avec l’article 6 de l’Accord de Paris, le Sénégal peut mettre en œuvre des projets d’envergure sur le marché du carbone », affirme Madeleine Diouf Sarr – VivAfrik
filtre : 0 ; intensité du fil : 0,0 ; masque de filtre : 0 ; module : j ; hw-remosaic : 0 ; toucher : (-1,0, -1,0) ; modeInfo : ; Mode scène : Auto ; valeur_cct : 0 ; AI_Scène : (-1, -1 ); aec_lux:105.04294; hist255 : 0,0 ; hist252 ~ 255 : 0,0 ; hist0~15 : 0,0 ;

Le directeur de la Direction du changement climatique, de la transition écologique et des financements verts au ministère sénégalais de l’Environnement et de la Transition écologique a révélé, ce mardi 21 mai 2024 à Dakar, que « l’article 6 de l’Accord de Paris sur le climat qui est aussi une opportunité » constitue une Source de financement dont le Sénégal peut bénéficier pour mettre en œuvre des projets d’atténuation des gaz à effet de serre (GES).

Pour en arriver là, le Sénégal a beaucoup travaillé sur les énergies renouvelables, la foresterie mais aussi l’efficacité énergétique. Suffisant pour l’expert sénégalais d’ajouter qu’« avec l’article 6, on peut avoir des projets d’envergure sur le marché du carbone qui permettront au Sénégal d’être dans sa transition écologique à faibles émissions de gaz à effet de serre dans une logique gagnant-gagnant pour l’économie nationale. »

Madeleine Diouf Sarr a présidé, au nom du ministère de l’Environnement, du Développement durable et de la Transition écologique, la cérémonie d’ouverture d’un atelier de formation sur l’article 6 de l’Accord de Paris dans le cadre de l’élaboration d’approches politiques au titre de l’article 6 (DAPA) pour les experts au Sénégal développant des projets carbone article 6 et organisés par le Global Green Growth Institute – GGGI (Global Green Growth Institute) et la Direction en charge du changement climatique.

Cette séance de capacitation vise, selon un document envoyé à -, à « permettre aux acteurs de pouvoir mesurer le niveau d’exigence des marchés carbone et d’avoir une meilleure compréhension des mécanismes de marché, de la sélection des programmes éligibles et de la négociation des accords favorables ». accords pour le Sénégal.

De son côté, la représentante résidente du GGGI au Sénégal, Assana Magagi Alio, a confié, lors de la cérémonie d’ouverture de l’atelier de formation qui se terminera mercredi 22 mai 2024, que « l’opérationnalisation de l’article 6 devient une réalité au Sénégal. Selon lui, tous les acteurs et programmes d’accompagnement travaillent activement à mettre en place des outils et procédures opérationnels et une infrastructure robuste pour permettre au Sénégal de maintenir son leadership et son attractivité remarquable pour la mise en œuvre de projets. Articles 6.

« C’est dans ce cadre que nous avons conçu des modules de formation adaptés aux différentes catégories d’acteurs qui doivent leur permettre de mieux appréhender le contexte de l’Accord de Paris, les exigences de l’article 6 et les conditions d’une mise en œuvre réussie », a-t-elle révélé.

Poursuivant son discours, Assana Magagi Alio a ajouté que cet « atelier de formation s’inscrit dans ce cadre et se veut une opportunité d’échange permettant à toutes les parties prenantes de mesurer le niveau d’exigence des marchés carbone et d’avoir une meilleure compréhension des mécanismes de marché, de la sélection des programmes éligibles et la négociation d’accords favorables au Sénégal.

A l’issue de ces deux jours, nous espérons que les participants sauront mieux identifier les caractéristiques fondamentales des projets Article 6 et les conditions de sa mise en œuvre réussie au Sénégal, a-t-elle espéré.

De l’avis de Mme Alio, la CCGI vise à « créer des interactions entre acheteurs et vendeurs et à renforcer les capacités des acteurs, depuis la phase de conception jusqu’à la mise en œuvre des transactions en passant par les aspects techniques, financiers et juridiques ».

Moctar FICUU / VivAfrik

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Cette ville de France a été la plus humide en mai
NEXT Pontarlier. Quelques idées de sorties dans le Haut-Doubs pour le week-end du 1er et 2 juin