CONVERSATION AUTOUR DE LA GARDE DE BAH DIAKHATE – .

CONVERSATION AUTOUR DE LA GARDE DE BAH DIAKHATE – .
CONVERSATION AUTOUR DE LA GARDE DE BAH DIAKHATE – .

Les nouvelles autorités n’ont pas duré longtemps. Il a fallu moins d’un mois au nouveau régime pour enregistrer sa première arrestation. Il s’agit du militant Bah Diakhate, arrêté et placé en garde à vue hier, pour avoir offensé le Premier ministre, dans une de ses vidéos devenue virale. Cette arrestation surprend de nombreux observateurs car les nouveaux détenteurs du pouvoir ont toujours dénoncé l’arrestation de leurs partisans lorsque ces derniers s’en prenaient violemment à l’ancien président Macky Sall, usant parfois d’insultes.

Avec l’arrivée au pouvoir de Pastef, de nombreux Sénégalais pensaient qu’il n’y aurait plus d’interdiction de manifester et que personne ne serait arrêté pour avoir tenu des propos, quelle qu’en soit la virulence, contre le président de la République ou l’autorité de l’État. Mais il a fallu moins d’un mois pour se rendre compte que la réalité est toute autre. Hier, le militant Bah Diakhaté a été arrêté par la Division des enquêtes criminelles (DIC), suite à des propos qu’il a tenus à l’égard du Premier ministre Ousmane Sonko. « J’ai reçu la visite d’agents de la DIC dirigés par Adramé Sarr. Je voudrais informer l’opinion nationale et internationale que je suis entre les mains de la police. Je ne suis ni malade ni souffrant », a déclaré Bah Diakhate lorsqu’il a été informé de son arrestation.

Après avoir été conduit dans les locaux de la DIC, Bah Diakhate a reçu le soutien des responsables du régime sortant. L’ancien conseiller spécial du président Macky Sall, Oumar Sow et Fatoumata Ndiaye « Fouta Tampi » étaient devant la DIC jusque tard dans la soirée pour manifester leur soutien au militant. Sur les réseaux sociaux, on s’étonne du motif de son arrestation car, selon les juristes, le délit d’insulte au Premier ministre n’existe pas au Sénégal. A noter que suite à son arrestation, Bah Diakhaté a bénéficié de l’assistance des avocats Me El Hadji Diouf et Me Amadou Sall.

L’arrestation de Bah Diakhaté a provoqué une réaction du journaliste Madiambal Diagne qui estime « qu’il est trop tôt pour faire des martyrs ». « Bah Diakhate n’a certainement pas dit le quart de ce qu’Ousmane Sonko a dit à propos de Macky Sall qui était président de la République et protégé par sa fonction. Le délit contre le Premier ministre n’existe pas encore dans le Code pénal sénégalais », écrit-il sur X. A noter qu’Azoura Fall, proche de Sonko, a récemment insulté publiquement le président Diomaye sans s’inquiéter.

#Sénégal

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV En Occitanie, le conducteur de ce fourgon a écopé d’une amende de 1 440 € sur autoroute
NEXT Netto ouvre ses portes avenue Anatole-France, à Narbonne, ce 12 juin : visite en avant-première