VIDÉO. Un loup courant sur la route aux portes d’un village, ces images qui inquiètent éleveurs et habitants

VIDÉO. Un loup courant sur la route aux portes d’un village, ces images qui inquiètent éleveurs et habitants
VIDÉO. Un loup courant sur la route aux portes d’un village, ces images qui inquiètent éleveurs et habitants

A quelques jours des estives, la présence d’un loup filmé près du village d’Altier en Lozère intrigue et inquiète autant qu’elle les éleveurs. Et ce d’autant plus qu’ils accompagneront bientôt leurs troupeaux vers les alpages.

« Nous savons que cela existe mais c’est étrange de le voir. Nous marchions avec des chiens et nous ne savons pas forcément comment réagir. La présence d’un loup aux portes du village d’Altier (200 habitants) en Lozère intrigue les promeneurs et inquiète les éleveurs.

Chaque année, les éleveurs dénoncent la présence de loups. La multiplication des attaques contre les troupeaux et leur présence de plus en plus proche des habitations est inquiétante.

« Depuis que nous sommes enfants, on nous dit qu’ils ont peur des hommes, en fait, ils sont partout. Dans les villages, en plein jour, cela nous inquiète. » soupire Valérie Moulin, éleveuse de vaches à Altier. Une inquiétude ressentie également par son mari, Frédéric.

Nous appelons à tous les moyens possibles pour éliminer cette bête qui n’a pas sa place dans notre pays.

Frédéric Moulin

Éleveur

« Nos ancêtres les avaient exterminés et non les renards. Il faut se poser les bonnes questions. Le renard ne gêne pas une reproduction extensive, ce qui n’est pas le cas du loup. Les éleveurs doivent avoir le droit de tirer en toutes circonstances, notamment dans le parc national des Cévennes », ajoute le berger contacté par France 3 Occitanie.

Quelques jours avant la montée en estive de ses vaches, l’éleveur craint une attaque “certain”, celui du loup. Même crainte de la part de Jean-Louis Balme, le maire du village et également éleveur de vaches Aubrac, d’autant qu’une meute de 6 ou 7 loups s’est implantée sur le mont Lozère.

Ils se sont attaqués au gibier : depuis, il y a moins de sangliers, presque plus de cerfs. Les loups élargissent leur territoire de chasse et s’approchent des villages, s’attaquant principalement aux moutons.

Des attaques régulières ont eu lieu à Cubières, le village proche d’Altier. « Quand ils n’ont plus rien à manger sur le Mont Lozère, ils se rapprochent des villages et descendent jusqu’à l’Altier 700 m. Les agriculteurs sont inquiets. Nous avons très peur pour la saison de pâturage du bétail. Quand il n’y a pas assez de moutons, ils attaquent les veaux”, assure Jean-Louis Balme.

Vous devrez choisir entre l’élevage et les loups. Nous sommes dans une zone très boisée. Nous ne pourrons pas nous défendre : le loup va décimer nos troupeaux.

Jean-Louis Balme

Maire (SE) d’Altier

L’élu souhaiterait que l’animal soit déclassé pour pouvoir à nouveau être chassé pour limiter sa population.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV une chasse organisée à Château-Ville-Vieille
NEXT Quatre entrepreneurs récompensés par le Crédit-Mutuel Antilles-Guyane lors du concours « 4S SEMEUR D’INNOVATION »