Vers la reconnaissance d’une spécialité

Le congrès national de l’association marocaine pour la formation continue en allergologie (AMAFORCAL) est de retour. Un rendez-vous annuel incontournable pour les spécialistes souhaitant élever le niveau de la sphère sanitaire au Maroc. Les 24 et 25 mai, la ville de Fès sera le théâtre d’une rencontre stratégique entre les éminences grises de l’immunologie et les virtuoses de la médecine respiratoire, tissant les fils d’un avenir où les pathologies allergiques seront contrôlées avec précision. une expertise chirurgicale et clinique inégalée.

Dans ce sanctuaire du savoir, chaque avancée scientifique sera un phare guidant les générations futures vers une meilleure qualité de vie. Ce 29e Cette édition est centrée sur la transversalité de l’allergologie, une occasion inédite de rappeler l’importance de son rôle dans son approche spécifique de la pathologie allergique en fonction de l’organe atteint et de l’âge du patient.

Ainsi, les domaines d’expertise de l’allergologue sont vastes et diversifiés, couvrant des secteurs tels que l’ORL, l’ophtalmologie, la pneumologie, la dermatologie, les dysfonctionnements immunitaires, l’immunothérapie allergénique (ITA), ainsi que les allergies alimentaires, médicamenteuses et aux piqûres d’insectes.

L’allergologie partage cette transversalité avec d’autres spécialités, comme l’oncologie – l’oncologie, qui sont reconnues comme spécialités à part entière, pourquoi n’en serait-il pas de même pour l’allergologie », demandent les spécialistes.

Les principales missions du médecin allergologue sont l’évaluation des facteurs externes déclenchant la maladie, la connaissance approfondie de ces maladies, ainsi que leur prise en charge thérapeutique. Cette approche, qui englobe le diagnostic, le traitement et la prévention, constitue le fondement même de l’allergologue. Il distingue l’allergologue des autres spécialistes d’organes dont la spécialité peut chevaucher partiellement celle de l’allergologie.

Les maladies allergiques augmentent fortement ; d’ici 2050, 50 % de la population mondiale sera allergique, aucun foyer ne sera épargné. Le Maroc n’est pas en reste, avec une personne sur trois souffrant d’une maladie allergique plus ou moins grave, soit plus de 12 millions de personnes.

Les allergologues constituent un maillon important du système de santé local et de la prise en charge des patients allergiques. Ils agissent pour le bien des patients, en favorisant une meilleure formation primaire et secondaire des médecins et autres personnels de santé. Les allergologues doivent gérer des problèmes plus complexes qui dépassent la portée des médecins de soins primaires ou secondaires, ainsi que des autres professionnels de la santé.

Au Maroc, selon les spécialistes, « l’allergologie n’est malheureusement pas encore reconnue comme une spécialité à part entière. L’allergologie n’est pas enseignée dans le cursus de base des étudiants en médecine, alors même que les besoins en soins sont énormes. « .

Les patients méritent les meilleurs soins et soutien. Pour cela, ils ont le droit de choisir une médecine personnalisée, moderne, capable de répondre à leurs attentes. Cette aspiration reste inaccessible tant qu’un vaste domaine de la médecine spécifique, l’allergologie, leur est fermé. La non-reconnaissance de l’allergologie comme spécialité à part entière est une perte de chance pour les patients.

L’allergologie est une spécialité à part entière, elle doit être reconnue comme telle dans le pays, pour cela les professionnels continuent le combat jusqu’à obtenir cette reconnaissance », promettent-ils.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Sénégal : le Président Faye effectue une visite amicale en Sierra Leone
NEXT Le Canada atlantique vit de l’espoir d’un accord sur les ressources extracôtières