la police crie au « scandale »

la police crie au « scandale »
la police crie au « scandale »

Par

François Desserre

Publié le

21 mai 2024 à 12h42

Les prisonniers qui visitent le Château de Versailles, avec pique-nique et promenade dans le jardin. Ce projet développé par le centre de rétention de Toul est loin de faire l’unanimité. Cela fait même bondir les rangs de la police, de plusieurs manières.

Située en Meurthe-et-Moselle (dép. 54), la prison de Toul accueille des personnes condamnées à de lourdes peines, supérieures à un an, comme pour meurtre ou viol. Le ministère de la Justice précise que « son régime est principalement orienté vers la réinsertion sociale et la préparation à la libération des condamnés. »

10 à 15 détenus à transporter sur 350 kilomètres

Il y a quelques jours, une affiche a été affichée dans la détention proposant de s’inscrire à cette sortie unique, prévue le 27 juin 2024 à 10h30 « Cette activité nécessite une autorisation pour sortir, vous devez remplir certaines conditions. Veuillez contacter votre CPIP (Conseiller en insertion et probation en prison). »

Selon nos informations, entre 10 et 15 détenus pourraient voyager en bus depuis Toul, accompagnés de trois accompagnateurs. Plus de 4 heures de route, 350 kilomètres qui soulèvent de nombreuses questions de sécurité. « Le 14 mai, Mohamed Amra s’est enfui de la manière la plus violente possible. Deux gardiens de prison sont morts. Et là, on organise la circulation des prisonniers condamnés à de longues peines pour des crimes ? Qui ne rêve que de liberté ? Et avec trois accompagnateurs ? On marche sur la tête », confie un policier des Yvelines.

“Ce n’est pas le rôle de la police”

Lui, comme nombre de ses confrères, s’inquiète du bon déroulement de cette sortie.

« En gros, il y aurait les gardiens plus les gendarmes à l’intérieur. Les détenus se promèneront-ils parmi les touristes ? Et à l’extérieur, qui sécurisera le site ? La réponse est simple : les policiers des Yvelines. Nous nous engageons déjà beaucoup pour les Jeux Olympiques… Alors s’il faut maintenant en rajouter pour les détenus qui se sont bien comportés… Vraiment, la temporalité de l’événement n’est pas bonne. Et ce n’est pas le rôle de la police. »

«Ils feraient mieux de les donner aux enfants»

Dans leur esprit, l’idée n’est pas de soumettre les personnes incarcérées au pain sec et à l’eau mais de trouver des formats adaptés. « Ce qui est incroyable, c’est que les billets pour le château sont chers. Offrez-en aux détenus. Cette image renvoyée par l’État est malvenue. Il vaudrait mieux les donner aux enfants. »

L’Alliance Nationale de la Police va encore plus loin, en dénonçant une décision « irresponsable et scandaleuse ». Vous devez annuler cette sortie et proposer autre chose. » Sur X, le syndicat a diffusé un montage faisant référence à la série Prison Break. Nous voyons un détenu torse nu. Sur son dos, il y a un tatouage du plan des jardins. Et cette phrase : « Le chemin vers une politique pénale ferme est encore très loin. Beaucoup de gens imaginent encore la prison comme un lieu de punition… »

Vidéos : actuellement sur -

Contacté, le ministère de la Justice assure que « le cadre général des libérations des détenus est encore très organisé. Ils ne sont pas faits pour divertissement mais travailler sur quelque chose qui sera utile au retour à la vie civile. Ce n’est pas seulement pour s’amuser. » Une référence indirecte à une course de karting organisée en juillet 2022 à la prison de Fresnes (Val-de-Marne — dép. 94).

L’Administration veille à ce que la sécurité reste optimale et que les prisonniers « soient triés sur le volet. »

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias préférés en vous abonnant à Mon -.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Abandonnés en pleine campagne législative, les pêcheurs se retrouvent en meeting à Lorient
NEXT Cinq champions olympiques se retrouvent au GlisséO de Cholet