Ces poulains nés dans l’Orne portent le nom de leur village, “ce sont nos bébés”

Ces poulains nés dans l’Orne portent le nom de leur village, “ce sont nos bébés”
Ces poulains nés dans l’Orne portent le nom de leur village, “ce sont nos bébés”

Par

Maureen Marie

Publié le

21 mai 2024 à 17h40

Voir mon actualité
Suivre L’Orne Combattante

De Montsecret, ils garderont une marque indélébile. Huit poulains, fruit de travail d’Emmanuel et Céline Hardouin, portent le nom de leur village dans l’Orne : “voici Neil et Niall du Montsecret”, présentent ceux qui sont également à la tête d’un centre équestre en plein essor.

Dans un autre champ, Novan, Nolan, Noamh, Murdoch, Meallan et Madigan paissent paisiblement aux côtés de leurs parents. Datées entre huit mois et deux ans, ces naissances sont les premières desélevage de chevaux familial lancé par Emmanuel et Céline.

Des poulains Irish Cob, « au grand cœur »

« Cette idée est née de notre rencontre avec Emmanuel, car avant je faisais déjà naître des poulains à mes côtés, et il avait le centre équestre. Il y a deux ans, nous avons décidé de combiner les deux », raconte Céline Hardouin dans ce fin mai 2024.

La cavalerie du centre équestre vieillissant, nous nous sommes dit que l’élevage était un bon moyen de la renouveler, avec nos propres chevaux.

Emmanuel et Céline Hardouin, à la tête de l’élevage Montsecret

Ainsi, chaque année, les deux passionnés de chevaux visent la naissance de quatre à cinq poulains l’irish cob, « une race d’extérieur, rustique et au grand cœur ». « Pour cela, nous avons environ 30 chevaux dédié à l’élevage, comprenant dix juments poulinières et deux étalons, bientôt trois », explique le couple.

C’est au plus près de la nature que l’Irish Cob, race de cheval « très sensible et au grand cœur », élève à Montsecret (Orne). Ici, Nevan avec sa mère Queen. ©L’Orne combattant

“Ce sont nos bébés, nos chevaux de famille”

Bien au-delà du nombre de naissances, Emmanuel et Céline placent le bien-être animal en priorité. « Cette année par exemple, il n’y aura pas de poulains, car nous nous sommes consacrés à sauvetage de quatre juments et un étalon que nous avons récupéré en Bretagne. »

Dans le fonctionnement de notre élevage, nous reproduisons des schémas familiaux en toute liberté, sans briser les groupes d’affinités entre nos chevaux.

Emmanuel et Céline Hardouin

A peine arrivés à l’entrée du domaine, les propriétaires sont rejoints par les troupeau. « Ce sont nos bébés, nos chevaux de famille. Nous les connaissons par cœur, car ils grandissent avec nous, et cela n’a pas de prix. »

Nolan du Montsecret, un des poulains issus de l’élevage d’Emmanuel et Céline Hardouin dans l’Orne. ©L’Orne combattant

Une fois sevrés, certains poulains sont gardés activités du centre équestre, d’autres sont vendus. « Mais on a toujours du mal à se séparer d’eux », avouent les deux éleveurs, précisant que « parfois, on est très heureux qu’ils soient nos nôtres ». cavaliers qui l’acquièrent.

Vidéos : actuellement sur -

Naissances dans l’Orne, avec une touche d’Irlande

La machine est en passe d’étendre la acte de naissance en 2025. « De l’élevage libre jusqu’à la naissance, nous suivons chaque étape avec nos chevaux. Là, nous réaliserons prochainement les échographies. »

Nous ne voulons pas en faire un business, mais travailler sur des mélanges, comme de nouvelles couleurs de robe pour la race Irish Cob.

Emmanuel Hardouin

Si l’une des juments s’avère gestante, vous n’aurez qu’à attendre 11 mois pour que Dame Nature vous propose une nouvelle cadeau…Fabriqué à Montsecret, avec une touche irlandaise.

« En référence à leur race, nous choisissons pour chacun de nos poulains un nom Irlandais», sourit Céline entourée de ses compagnons à quatre pattes, tous également docile les uns comme les autres.

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias préférés en vous abonnant à Mon -.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV rush on proxies in Deux-Sèvres – .
NEXT Cérémonie de remise des insignes à la Garde Marine Régionale