Israël et le Hamas ne doivent pas être regroupés, déclare la vice-première ministre canadienne Chrystia Freeland

Israël et le Hamas ne doivent pas être regroupés, déclare la vice-première ministre canadienne Chrystia Freeland
Israël et le Hamas ne doivent pas être regroupés, déclare la vice-première ministre canadienne Chrystia Freeland

La vice-première ministre canadienne Chrystia Freeland a critiqué le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) pour avoir inclus le premier ministre d’Israël démocratique et les dirigeants du Hamas dans sa liste de personnes pour lesquelles il demande un mandat d’arrêt international.

“Pour le Canada, il n’est pas correct de faire une équivalence entre les dirigeants d’une organisation terroriste et les dirigeants élus d’une démocratie”, a déclaré M.moi Freeland mardi sans en révéler davantage sur sa position sur le fond de l’affaire.

Le numéro deux du gouvernement canadien a inlassablement répété la même réponse à cette question des journalistes lors d’une conférence de presse. Elle a simplement dit qu’elle « respecte » la CPI et son indépendance. Elle a refusé de répondre à des questions « hypothétiques » sur la position du Canada si les juges de la Cour pénale internationale acceptaient la demande de son procureur.

« Nous comprenons le niveau de tragédie humanitaire à laquelle nous assistons aujourd’hui à Gaza », a-t-elle déclaré après avoir condamné les attaques terroristes perpétrées par le Hamas le 7 octobre.

Le procureur de la CPI, Karim Khan, a visé dimanche le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et son ministre de la Défense Yoav Gallant en demandant un mandat d’arrêt international. Ils sont soupçonnés d’avoir commis des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, notamment en affamant délibérément des civils dans la bande de Gaza.

Trois dirigeants du Hamas sont également visés par une telle demande : ils sont notamment accusés de violences sexuelles et de prise d’otages lors de la grande attaque surprise de l’organisation en Israël en octobre 2023. La CPI devrait décider dans les prochaines semaines si elle accepte de délivrer de tels mandats. .

Les États-Unis ont vivement réagi à cette demande du procureur de la CPI visant des responsables politiques israéliens, y voyant également une « équivalence » entre les actions d’Israël et du Hamas. Le président Joe Biden a qualifié la demande du procureur Khan de « scandaleuse ».

Mardi, le Centre consultatif sur les relations juives et israéliennes a exhorté le gouvernement canadien à rejeter d’emblée « l’assaut de la CPI contre Israël ». “Cela revient à accuser Churchill et Hitler pour leur rôle dans la Seconde Guerre mondiale et à mettre sur un pied d’égalité leurs responsabilités pour les pertes civiles de cette guerre”, peut-on lire dans un communiqué.

Contrairement aux États-Unis, le Canada est membre de la CPI.

La ministre canadienne des Affaires étrangères, Mélanie Joly, n’avait pas encore répondu aux questions des médias au moment de la rédaction de cet article.

A voir en vidéo

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Deux enseignants innovent pour les élèves du Juvénat
NEXT un homme de 19 ans qui tentait de fuir un contrôle tué par un policier