Le Soleil de Châteauguay | Pour une cohabitation plus saine en zone agricole

Le Soleil de Châteauguay | Pour une cohabitation plus saine en zone agricole
Le Soleil de Châteauguay | Pour une cohabitation plus saine en zone agricole

Odeur, bruit, poussière, sécurité routière. Alors que de plus en plus de citoyens se déplacent vers les zones agricoles, certaines problématiques de cohabitation interfèrent parfois avec le monde rural. C’est dans cet esprit que la Fédération de l’Union des producteurs agricoles (UPA), les 12 MRC de la Montérégie et la Ville de Longueuil ont lancé Notre campagne, un milieu de vie à partager – Cultivons le vivre ensemble en Montérégie.

L’objectif de cette campagne est de promouvoir le dialogue et le vivre-ensemble en milieu agricole.

« Avant, tout le monde avait son père, son grand-père qui était producteur, on avait un lien avec une ferme quelque part. Ce lien est moins présent qu’avant car il y a moins d’exploitations agricoles qu’avant. Alors, on veut établir un contact, parce qu’il y a parfois des enjeux de cohabitation », explique Jérémie Letellier, président de la Fédération UPA.

Ce dernier estime que si les citoyens étaient mieux informés sur ces enjeux et leurs impacts réels sur leur vie, ils n’y prêteraient pas attention.

« Quand on ne sait pas ça, quand on déménage à la campagne, quand ça sent le fumier, alors on se dit : oups, eh bien, tu vas sentir le fumier tout le temps ? Les tracteurs font-ils tout le temps du bruit ? Il s’agit de démystifier un peu nos pratiques pour que les citoyens se sentent bien accueillis à la campagne et comprennent notre réalité », ajoute-t-il.

“Je pense qu’on peut résoudre plusieurs imbroglios, qui, au final, ne sont pas vraiment importants, mais qui prennent de l’ampleur lorsque les gens ne connaissent pas la réalité de l’un ou de l’autre.”

–Jérémie Letellier, président de la Fédération UPA

Seconde phase

La campagne, qui se déroulera du 17 mai jusqu’en décembre, en sera à sa deuxième phase. Le premier, lancé le 24 février 2020, s’adressait un peu aux citoyens, mais davantage au milieu politique, comme les villes et les MRC, explique M. Letellier.

« Là, on met vraiment l’accent sur la comparaison, la conscience qu’ont les citoyens par rapport à l’environnement et les producteurs agricoles qui font de même », informe-t-il.

Le projet est mis en œuvre notamment grâce au soutien financier du gouvernement provincial, par l’entremise de la Stratégie bioalimentaire de la Montérégie.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Émeline Pierre, nageuse brestoise, participera aux Jeux Paralympiques
NEXT rendez-vous samedi 29 juin à Biarritz