Dans le Lot-et-Garonne, l’excès d’eau asphyxie les arbres fruitiers et les céréales

Dans le Lot-et-Garonne, l’excès d’eau asphyxie les arbres fruitiers et les céréales
Dans le Lot-et-Garonne, l’excès d’eau asphyxie les arbres fruitiers et les céréales

L’automne a été rude. Le printemps l’est encore plus. En agriculture, on ne renonce jamais à notre plaisir lorsque l’eau tombe en abondance… lorsqu’elle est accompagnée de soleil. En Nouvelle-Aquitaine, les plantes manquent cruellement de lumière et de chaleur. Dans le Lot-et-Garonne notamment, les récoltes se noient et…

L’automne a été rude. Le printemps l’est encore plus. En agriculture, on ne renonce jamais à notre plaisir lorsque l’eau tombe en abondance… lorsqu’elle est accompagnée de soleil. En Nouvelle-Aquitaine, les plantes manquent cruellement de lumière et de chaleur. Dans le Lot-et-Garonne notamment, les cultures se noient et sont plus que jamais soumises aux moisissures et autres ravageurs. « Cela varie beaucoup selon les filières, mais seulement 60 % des superficies ont pu être semées », explique Florent Ruyet, technicien en charge de la section céréales à la Chambre d’agriculture.

Il est encore compliqué d’entrer dans un champ avec un tracteur. « Il nous reste un peu de temps pour semer le tournesol et le soja. Mais il faudrait plusieurs jours de beau temps. Et ce n’est pas sûr… » ajoute Jacques Chapolard, représentant de la FDSEA 47.

Quant à ceux qui ont réussi à semer, les plants n’ont montré aucune vigueur. Leur taux de croissance est réduit, ils restent chétifs, « ce qui fait le bonheur des nuisibles comme les oiseaux ou les limaces », précise Florent Ruyet. « C’est la première fois qu’une telle situation se présente. Habituellement, si les récoltes d’hiver sont mauvaises, les récoltes d’été se portent bien. Cette fois, ce n’est pas le cas. »

Le stress dans les vergers

Dans les vergers, les arbres fruitiers aussi ont l’air tristes. Pire encore, certains meurent. “Pour les pruniers, comme les cerisiers ou les pêchers, qui ont un système racinaire très sensible à l’excès d’eau et au manque d’oxygène, le printemps a été difficile”, constate Jean-François Berthoumieu, directeur de l’association climat Moyenne Garonne. Le gel, les variations de température et les précipitations ont généré de nombreux stress pour ces arbres. Dans certains vergers, la mortalité peut toucher jusqu’à 10 % des parcelles.

Finalement, au-delà de l’arbre, c’est le fruit qui souffre. Les cerises, en grappes éparses, éclatent. Certains pêchers et abricotiers n’ont même pas de fruits. Quant aux fraises (Le Lot-et-Garonne est l’un des plus gros producteurs de France, NDLR), les rendements ne sont pas au rendez-vous. «Ils manquent de lumière pour se développer… Nous n’avons pu atteindre qu’un tiers de la récolte», conclut Jacques Chapolard.

#Français

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV huit mois de prison pour le conducteur du véhicule
NEXT FAIT DU JOUR Gaston Doumergue, le receveur devenu Président de la République